Hôpital des Nounours : les enfants n'ont plus peur du docteur

  • A
  • A
Les Français sont formidables est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

À Toulouse, les enfants peuvent amener leur peluche se faire soigner dans un hôpital pour de faux mais avec de vrais étudiants en médecine.

En 2017, grâce à "l'Hôpital des Nounours", les enfants n'ont plus peur du docteur !

Cette semaine, c'est à Toulouse que les enfants peuvent amener leur peluche se faire soigner dans un hôpital pour de faux... mais avec de vrais étudiants en médecine.
Le but de "l’Hôpital des Nounours" est de lutter contre l'angoisse de la blouse blanche chez les enfants de trois à six ans.

Comment ça se passe ?

Les enfants inventent une maladie pour leurs peluche : jambe cassée, otite des oreilles, les deux yeux crevés tout ce qu'il leur passe par la tête.
Et ensuite les doudous font un parcours santé à travers plusieurs stands : généraliste, soins dentaires, bloc opératoire. Ils peuvent même passer une radio ! Attaché sur un skateboard, ils glissent à l'intérieur d'une boîte en carton. Les nounours français sont mieux soignés que les patients anglais !

Et le meilleur c'est le stand sage-femme !
On ne fait pas d'accouchement de nounours, juste des échographies mais tout ça désinhibe complètement les enfants, du coup on entend de vraies perles à l'hôpital des Nounours.

Bénévole : "Tu sais ce que c'est un cordon ombilical ?"
Enfant : "Oui, c'est une corde à tirer pour sortir le bébé du ventre de la maman !"

Ou encore :

Enfant : "Ma Maman elle a un très gros ventre mais elle est pas enceinte !!!"
Vous voyez, les enfants d'aujourd'hui deviennent rapidement très à l'aise avec le personnel soignant !

Il y en a même un qui a demandé à un étudiant en médecine :

Enfant : "T'as la varicelle ?"
Bénévole : "Non pourquoi ?"
Enfant : "Parce que t'as plein de boutons."

Le diagnostic est sévère, mais c'est la preuve que l'Hôpital des Nounours est un grand succès !
En 2017, les enfants n'ont plus du tout peur des docteurs maintenant ce sont les docteurs qui ont peur des enfants !