Élysée-Moi : le nouveau jeu de société pour aimer la politique

  • A
  • A
Les Français sont formidables est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Un nouveau jeu politique permet d'incarner un candidat à la présidentielle qui, pour être élu, doit faire preuve de culture générale et d'imagination.

Un nouveau jeu de société a pour but est de réconcilier les Français avec la politique.

Le jeu s'appelle "Elysée-Moi !", "Elysée" comme le Palais, et vous y incarnez un candidat à l'élection présidentielle, qui pour être élu doit faire preuve de culture générale et d'imagination.
Le jeu est censé refléter fidèlement la réalité : c'est raté !
Si la Culture générale était déterminante, notre Président s'appellerait Samuel Etienne, présentateur de Questions pour un champion.
Mais arrêtons le mauvais esprit car le créateur du jeu, Emmanuel Lestrade, défend une vision positive de la politique.
Alors nous avions aussi envie d'y croire, jusqu'à ce que l’on découvre la terrible vérité.

Qu'est-ce que vous avez découvert ?

Il existe déjà un jeu de société s'appelant "Élisez-moi !", lui-même sorti avant les élections présidentielles de 2012.
Ah là, ça met un coup au moral de voir que nos jeux de société étaient comme nos hommes politiques.
Tous les cinq ans, ils nous ressortent les mêmes promesses "Choisissez-nous et vous allez bien vous amuser en famille", alors qu'en vrai, ils font rien que de se copier sans scrupule.
"Tous pourris, les jeux de société !" Louise Ekland était à deux doigts de lancer rageusement mon scrabble par la fenêtre comme dans les Bronzés font du ski et puis elle s’est ravisée.

Qu'est-ce qui l’a fait changer d'avis ?

Elle a simplement lu la règle du jeu "Élysée-Moi !"
En fait il est radicalement différent de celui de 2012, qui était juste un coup marketing avec des règles aussi incompréhensibles que le divorce entre Manuel Valls et son ex-grand amour le 49.3.
Cette année, le jeu est clair et les règles amusantes. Par exemple, il y a une épreuve où il faut débattre "pour ou contre la légalisation du cannabis", ça va être marrant de jouer en famille. Bref, on sent que l'auteur connaît bien mieux son métier que ses prédécesseurs.

Et autant en politique, il faut se méfier des professionnels, autant dans le jeu, méfiez-vous des amateurs !