CLS : des drones pour détecter les navires pollueurs

  • A
  • A
Les Français sont formidables est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Les drones de l'entreprise CLS, basée à Toulouse, sont capables de détecter les navires qui rejettent illégalement du pétrole en mer.

On a enfin trouvé une bonne raison de faire voler des drones !

Les drones de l'entreprise CLS, basée à Toulouse, ne livrent pas de cassoulet ou autres innovations fumeuses, mais sont capables de détecter les navires qui rejettent illégalement du pétrole en mer.
Les drones de CLS prennent donc en flagrant délit ces bateaux qui dégazent incognito, comme les piétons qui jettent des papiers par terre ni vu ni connu.
Chaque année, six millions de tonnes de pétrole sont déversés illégalement en mer. Stop la pollution !

Le cosmonaute Thomas Pesquet s'en alarmait hier sur notre antenne.

Même de l'espace on voit les problèmes, c'est vous dire si ils sont gros !
Bientôt un cosmonaute regardera la Terre à travers son hublot et verra une planète aussi pâlotte que la chemise de Jean-Luc Benhamias hier soir, pourtant l'un des candidats les plus Verts de cette primaire.
Il faut redonner des couleurs à la Planète Bleue avec des méthodes musclées.
D'ailleurs les drones de CLS, quand ils survolent un navire avec leurs grandes ailes menaçantes de quatre mètres d'envergure, le capitaine doit penser avec angoisse à tous les cormorans qu'il a mazouté et se mettre à crier "ne tirez pas je vais voter Yannick Jadot !!!!"

Attendez, les drones sont armés ?

Non mais s'ils étaient équipés de canons à eau, ça serait drôle, ça doucherait les marins d'eau douce qui se croient tout permis.
Oui c'est violent, mais l'heure n'est plus à l'écologie polie qui s'excuse en ramassant les ordures des autres.
Parce qu'un navire qui dégaze, c'est une injure à la nature, et les capitaines Haddock de tout poil méritent une punition ad hoc !