Le plan 500.000 formations et la visite du Premier ministre japonais à Obama : les experts d'Europe 1 vous informent

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Anne-Laure Jumet et Isabelle Ory font le point sur l'actualité du jour.

>> Où en est le plan 500.000 formations ?

C'est aujourd'hui les derniers chiffres du chômage de l'année. Il y a tout juste un an lors de ses vœux du 31 décembre François Hollande annonçait un plan de 500.000 formations pour les demandeurs d'emploi, ou en est-on ? Quel bilan peut-on faire de ce plan ? Et bien ce plan monte en puissance mois après mois. Selon les derniers chiffres dont on dispose, il y a eu fin septembre 640.000 entrées en formation. Un mois plus tôt on était à 450.000. La progression est donc rapide. Et il faut ajouter encore les 250.000 inscriptions en stage qui ont eu lieu depuis la fin septembre. Alors au-delà des chiffres, il faut regarder la qualité de ces formations et certains syndicats de pôle emploi dénoncent des objectifs quantitatifs et non qualitatifs.

On nous demande de faire ça à l’échelle industrielle, regrette la CGT de Pole emploi, sans prendre le temps du diagnostic personnalisé. Des critiques que le gouvernement a d'ailleurs semblé entendre. La ministre du Travail Myriam El Khormi a parlé récemment de la nécessité de renforcer les "exigences qualitatives". L'objectif en tous cas du plan c'est de former les chômeurs à des métiers qui recrutent, régions par régions. Des métiers d'avenir, dans le numérique, la transition énergétique. Mais il y aussi des secteurs plus classiques : le tourisme ou encore les services à la personne.

Il y a eu une polémique. L'opposition avait accusé le gouvernement d'utiliser ces formations pour faire baisser les chiffres du chômage est ce que c'est le cas ? Avant de vous répondre, on rappelle le principe : les chômeurs en formation sortent des catégories A, B et C qui sont celles qui sont regardées et commentées. Et ils viennent grossir les rangs de la catégorie D. Maintenant regardons les chiffres. Sur un an, le nombre d'entrées en catégorie D a bondi de 16 %. Et si on regarde les motifs de sortie des catégories A, B et C, les entrées en stage ont littéralement explosé : + 70 %. Depuis le début de l'année, les chiffres du chômage sont en baisse. Le plan 500.000 formations est un des éléments d'explication ...

Le plus important c'est le retour à l'emploi, mais il est trop tôt pour faire un bilan car les chiffres qu'on a porte sur des formations lancées avant ce plan. Selon une étude publiée par Pole emploi, 6 chômeurs sur 10 retravaillent dans les 6 mois qui suivent leur formation. Donc on verra si cette accélération du plan porte ses fruits et si oui ce sera tant mieux, on ne va pas polémiquer pour le plaisir...

Sinon, qu'en est-il Anne-Laure, les chiffres du chômage qui seront publiés ce soir, ils sont bons ou pas ? Il y a un signe qui ne trompe pas : François Hollande visite en fin d'après midi une entreprise francilienne avec Myriam El Khomri. Et s'il se déplace c'est pour commenter une bonne nouvelle. On me confiait d'ailleurs dans son entourage qu'il allait tout à l'heure parler de la dynamique du marché de l'emploi ! Si ça se confirme tout à l'heure, on aura enchaîné trois mois consécutifs de baisse du chômage. 

>> Le Premier ministre japonais à Hawaï pour rencontrer Obama

Dans quelques heures, le premier ministre japonais Shinzo Abe arrive à Hawaï pour rencontrer Barak Obama. Ensemble, ils vont se recueillir demain au mémorial de Pearl Harbor à Hawaï. C’est une première depuis le bombardement japonais de la flotte américaine le 7 décembre 1941 ! Et c’est un geste fort pour  le premier ministre d’un pays encore très nationaliste et où le travail de mémoire est complexe. Shinzo Abe n’a pas prévu de faire des excuses officielle, mais il va rendre hommage aux victimes, quelques japonais mais surtout plus de 2.300 marins américains tués dans une attaque surprise à un moment où les Etats-Unis n’étaient pas encore officiellement entrés en guerre.

Pas d’excuse du numéro un japonais donc, mais sa simple présence sur les lieux est déjà en soi un symbole puissant de réconciliation. C’est aussi la réponse en miroir à la visite de Barak Obama à Hiroshima il y a 7 mois, la première d’un président américain dans la ville martyr détruite par la bombe nucléaire en 1945. Mais qu’est ce que ces gestes signifient plus de 70 ans après, alors que les deux pays sont alliés depuis des décennies ? Hiroshima comme Pearl Harbor sont deux événéments fondateurs et  traumatique encore aujourd’hui pour la conscience collective dans les 2 pays. Les Etats-Unis ont longtemps eu du mal à avoir un regard critique sur la bombe, à leurs yeux elle était indispensable pour obtenir la capitulation du  Japon... Et le Japon lui peine encore à regarder son passé en face, alors que dès les années 30, il a mené une politique d’agression coloniale et sanglante en Asie. Les deux pays veulent tourner cette page, ils célèbrent la force de leur réconciliation et de leur liens, qui sont aussi bien économiques que militaires.

Est-ce qu’il n’y a pas aussi un message envoyé à Donald Trump ? La visite de Pearl Harbor était déjà en préparation avant son élection, mais oui elle prend plus de relief depuis. Le futur président a lancé quelques salves contre le Japon... Il veut remettre en cause l’accord commercial de libre-échange signé en février... Il critique le coût que représentent les dizaines de milliers de soldats  américains stationnés au Japon. En s’affichant ensemble, Obama et Abe espère lui rappeler l’importance de leur alliance, lui rappeler, pour qu’il ne la remette pas en cause.

Les émissions précédentes