Des milliardaires encore plus riches en 2016 et les conséquences des agressions sexuelles en Allemagne : les experts d'Europe 1 vous informent

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Anne-Laure Jumet et Isabelle Ory font le point sur l'actualité du jour.

>> L'économie avec Anne-Laure Jumet : des milliardaires encore plus riches

Les milliardaires ont le sourire en 2016 et pour cause, leur fortune a bondi cette année. Le petit coup de mou de 2015 est effacé. Les milliardaires ont vu leur fortune progresser de 237 milliards de dollars cette année, selon le classement Bloomberg des 500 personnes les plus riches au monde cité ce matin par Les Echos. Ils détiennent à eux seuls plus du quart du PIB américain. En 2015, ils avaient perdu 19 milliards de dollars ...

Alors pourquoi ce rebond ? Parce que la bourse se porte bien. Après un début d'année agité, aux Etats-Unis notamment, Wall Street bat des records. Le Dow Jones s'approche de la barre symbolique des 20.000 points, ce qui fait les affaires de ces milliardaires. D'ailleurs dans le top 10, on retrouve huit américains.

Bill Gates, le fondateur de Microsoft est toujours au sommet avec une fortune de 91,5 milliards de dollars, en hausse de près de 10 % sur un an. L'homme le plus riche du monde a profité de la hausse de l'action Microsoft. L'investisseur Waren Buffet se classe deuxième et vole dans la dernière ligne droite la deuxième place au fondateur de Zara, qui a lui pâti de la baisse de l'euro face au dollar.

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, Jeff Bezos d'Amazon ou Larry Page de Google font aussi partie de ce cercle restreint. Signe d'ailleurs, s'il en était besoin, de la puissance de ces entreprises du numérique. Facebook est devenue la 7e capitalisation boursière au monde. Et ce qui est frappant c'est que ces patrons qui avaient en majorité soutenu Hillary Clinton profitent finalement de l'élection de Donald Trump. En pour cause, depuis le 8 novembre, les marchés boursiers s'envolent, les investisseurs tablant sur une politique pro-business aux Etats-Unis.

Du côté des Français, onze sont dans le classement avec dans le top 15 ceux qu'on retrouve toujours dans ce type de classements : Bernard Arnault et Liliane Bettancourt. Le patron du géant du luxe LVMH a vu sa fortune progresser de 7,1 milliards de dollars cette année (6,8 milliards d'euros) et se classe devant l'héritière de l'Oréal qui reste la femme la plus riche au monde. Patrick Drahi, le patron d'Altice, maison mère de l'opérateur SFR, a engrangé 2,6 milliards de dollars cette année ce qui ne rattrape pas totalement ses pertes de 2015. Quand à Xavier Niel, le patron de Free et Vincent Bolloré, ils ont vu eux leur fortune légèrement fondre cette année.

>> L'international avec Isabelle Ory : un an après les agressions sexuelles du 31 décembre en Allemagne

Il y a bientôt un an, pendant la nuit du 31 décembre, des centaines de femmes allemandes étaient agressées sexuellement à Cologne, et dans d’autres grandes villes, par des immigrés.  Un an après, le bilan est saisissant. Il y a eu un avant et un après. Cette Saint-Sylvestre 2015 c’est le début de la perte de l’innocence. Souvenez- vous de la confusion et du sentiment d’impréparation donné par les autorités. Des policiers débordés. Plusieurs jours avant que l’on réalise l’ampleur de ce qui s’était passé. Des médias même qui cachent l’information, tant ils craignent une vague hostile contre les migrants. Tout le pays semblait déboussolé.

Un an après, et après l’attentat de Berlin, le réveillon qui approche est donc vécu comme un grand test. L’objectif c’est que les Allemands et les Allemandes se sentent assez en sécurité pour faire la fête. A Cologne par exemple, le dispositif est colossal : dix fois plus de policiers. L’interdiction des pétards et des feux d’artifices, pourtant une tradition du 31 décembre chez nos voisins. Et de la vidéo-surveillance partout.

Mais ce 31 décembre 2015 a aussi modifié le rapport aux communautés immigrées et aux réfugiés. Là aussi, il y a eu la perte d’une certaine innocence diront les uns, d’une certaine naïveté diront les autres. Il y a un an on insistait sur la WillkommenKultur, la culture de l’accueil. L’Allemagne avait accueilli quasiment un million de migrants. Depuis, une forme de méfiance s’est installée.

La réponse a pris de multiples formes : sans vraiment le dire, la chancelière a depuis quasiment fermé les portes du pays. Le droit d’asile est plus restrictif. La législation sur les crimes et délits sexuels a été durcie. Et pour ceux qui sont là, il y a des cours d’intégration plus poussés. Ils mettent notamment l’accent sur la place de la femme dans les sociétés occidentales.

2016 avait commencé avec Cologne, elle s’est terminée avec Berlin et ses 12 morts, pour Angela Merkel l’année n’a pas été simple. Bien sûr, et Angela Merkel est d’ailleurs critiquée. Mais un sondage assez frappant vient de sortir et je voudrais terminer là-dessus. Il montre que les intentions de vote pour son parti sont en hausse, les conservateurs sont à 38%,  largement en tête. Et surtout plus des 2/3 des allemands interrogés estiment qu’il n’y a pas de lien entre la politique de Merkel vis-à-vis des migrants et l’attentat commis à Berlin.  Pas d’amalgame, des Allemands qui gardent la tête froide. Peut-être que le l’Allemagne n’a pas totalement changé finalement !

Les émissions précédentes