Qui arrêtera Marine Le Pen ?

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Alors que la droite avait organisé ses primaires pour faire taire les divisons, le scandale Fillon ouvre un boulevard à la candidate FN pour les présidentielles, estime Yves Thréard.

Certainement pas la droite, qui est en train de se fracasser, de se faire hara-kiri sur l’affaire Fillon. Et dire que la droite avait justement organisé sa primaire pour faire taire ses divisions et ainsi envoyer un seul candidat à la présidentielle pour être sûre d’être au second tour et de battre dans tous les cas Marine Le Pen.

C’est raté. La droite triomphait il y a deux mois. Maintenant, elle dégringole dans les sondages et propulse Marine Le Pen directement au second tour. Encore un effort, et Marine Le Pen sera présidente de la République. Le spectacle offert par la droite ne peut que dégoûter encore un peu plus des bataillons d’électeurs et les pousser dans les bras de la patronne du FN.

Et pourtant Marine Le Pen a aussi des ennuis judiciaires ?

Oui, d’emplois fictifs d’assistants parlementaires européens. Pour elle et 19 de ses camarades du FN. La justice française enquête et, à elle seule, Marine Le Pen doit plus de 300.000 euros au Parlement européen. Le FN n’est pas hors système. Il est comme tous les autres partis.
Il crie "tous pourris", mais il est aussi mêlé à d’obscures affaires. Il fait mine d’être uni derrière sa chef, alors que les guerres de clans, les rivalités de personnes, comme entre Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen, sont violentes. Il dénonce la nullité du programme des autres partis alors que le sien est aussi incohérent que dangereux, démagogique qu’irréalisable. Pourtant, peu importe tout cela : le FN et Marine Le Pen restent le réceptacle des colères françaises qui prospèrent aussitôt que la droite et la gauche sont faibles. C’est leur faute et c'est plus que jamais le cas aujourd’hui.

C’est donc un boulevard qui s’offre à elle…

Pour figurer au second tour de la présidentielle certainement. Mais il faut aussi s'attendre à un raz de marée de députés FN aux législatives qui par plusieurs dizaines s'installeront à l'Assemblée nationale.