Primaire du PS : le match Hollande-Valls est lancé !

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Alors que François Hollande est lynché par l'électorat de gauche, Manuel Valls entend se poser en sauveur pour se positionner en tant que favori de la primaire.

Pour la primaire de la gauche, le match Hollande - Valls est-il lancé ?

Le président de la République et le Premier ministre sont de moins en moins côte à côte et de plus en plus face à face. Qui va aller à la primaire du PS ?
Discrédité par ses confidences aux journalistes du Monde, lâché par certains de ses proches, lynché par l’électorat de gauche, Hollande n’a pas renoncé.
Dimanche, il recevait encore son premier cercle à l’Élysée pour faire le point après une semaine catastrophique : Le Drian, Le Foll, Sapin et Ségolène Royal étaient là.
Royal est la pièce maîtresse. Elle seule peut lui dire de jeter l’éponge.
Et, comme par hasard, c’est elle qui cherche à mettre Valls en difficulté.
Le Premier ministre, mais aussi le rival, celui qui pourrait voler la place du père de ses enfants à la primaire.
Royal affirme qu’il faut arrêter les frais sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, ne pas risquer l’affrontement avec les opposants au projet alors que Valls veut profiter de l’occasion pour montrer son autorité, respecter le résultat du référendum de juin et évacuer les zadistes.
Valls, chantre de l’ordre républicain, veut démontrer qu’il est l’anti Hollande, qui incarne la synthèse molle.

Les semaines à venir s’annoncent donc très chaudes ?

Chaudes dans les esprits et violentes sur le terrain.
Pourquoi violentes ? Parce qu’outre l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes, Manuel Valls prépare celle de la jungle de Calais, occupée par près de 10.000 migrants. Les deux opérations sont à hauts risques. Elles pourraient être fatales à Manuel Valls si elles entraînaient des blessés, voire des morts.
La gauche lui tomberait alors dessus et il hypothèquerait sérieusement ses chances de pouvoir remplacer Hollande à la primaire.
Car Manuel Valls fait tout pour peaufiner son image et se mettre en situation de sauveur. Dans un sondage Ipsos publié hier, sa cote de popularité gagne 10 points auprès des sympathisants du PS.
Samedi, il tiendra meeting à Tours, en présence de Cambadélis et Marisol Touraine, qui n’ont pourtant jamais été très tendres avec lui. Le Premier ministre doit parler de la gauche de gouvernement et de la France. Autrement dit, prononcer un discours de campagne.

Quand connaîtra-t-on le résultat du match ?

Hollande a répété qu’il rendrait sa décision publique début décembre.
Il ne devrait pas l’anticiper. Quel sera son choix ? Tout est possible, inversion ou pas de la courbe du chômage. Seule certitude : l’avis de Ségolène Royal pèsera lourd.