Nicolas Dupont Aignan, star de la semaine

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Yves Thréard nous livre son analyse politique à quelques semaines de l'élection présidentielle.

Nicolas Dupont Aignan, star de la semaine.

Quitter spectaculairement le plateau télévisé du Journal de 20 heures de TF1, rien de tel pour grimper dans les sondages. C’est ce qu’a fait Nicolas Dupont Aignan samedi et, hop, il a pris trois à quatre points, pour dépasser les 5% d’intentions de vote aujourd’hui.
Deux jours après, il était chez Hanouna dans Touche Pas à Mon Poste sur C8, et réalisait l’une des meilleures performances de l’émission. Du coup, sa page Facebook explose en fréquentation et en mention "J’aime".
Cela en dit long sur la clé du succès en politique : mieux vaut un bon coup d’éclat à la télé qu’un programme bien ficelé pour appeler l’attention.
Cela en dit long aussi sur la colère de l’opinion : tout ce qui dit "zut" au système, à l’ordre établi, est applaudi, encensé. En quittant le JT de TF1, Dupont Aignan voulait dénoncer l’attitude de la chaîne, la première de France, qui n’avait pas invité les petits candidats au débat de lundi soir.

C’est le triomphe de la politique spectacle.

Oui, et ce n’est pas le moindre des paradoxes de Dupont Aignan que d’y recourir.
Cette politique spectacle, il l’a toujours détestée, rejetée, en prétendant qu’elle occultait le débat sur les vrais problèmes des Français.
Car cela fait des années qu’il laboure le terrain. Il était déjà candidat en 2012 et il n’avait fait que 1,7% des voix. Dupont Aignan est un stakhanoviste de la politique. C’est un besogneux, il n’a pas la faconde d’une Le Pen ou d’un Mélenchon, d’où sa difficulté à percer. S’il fait 5% ou plus cette année, il aura le droit d’être remboursé de ses frais de campagne par l’État. Ce serait une reconnaissance de sa nouvelle importance.

Dupont Aignan est un souverainiste de droite, à qui peut-il prendre des voix ?

Le Pen, Asselineau, Dupont Aignan : à des degrés divers, ils sont tous les trois à la droite de la droite, contre l’Europe. C’est dire si la tendance est à l’europhobie. Il prend sans doute des voix aussi à Fillon, en attirant les électeurs refroidis par les affaires. Ce qui est sûr, c’est qu’avec 5%, Dupont Aignan sera l’objet de beaucoup de convoitises pour les reports de voix au second tour. La première intéressée sera Marine Le Pen qui, si elle se qualifie, aura le plus de mal à élargir son électorat.