Mais qu’est-ce qui peut arrêter Macron ?

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Alors qu'Emmanuel Macron semble bénéficier d'un état de grâce, Yves Thréard nous livre son analyse politique.

Mais qu’est-ce qui peut arrêter Macron ?

À une semaine du premier tour des législatives, les sondages ne bougent pas. Tous montrent que Macron devrait bel et bien obtenir une majorité absolue à l’Assemblée nationale.
On aurait pu croire que l’affaire Ferrand, du nom de son fidèle lieutenant, l’affaiblisse. Même pas, à l’heure où l’on répète pourtant que la probité des élus est une exigence. La justice est saisie, les médias informent, mais l’opinion ne semble pas ébranler. Quant à la blague malheureuse de Macron, ce week-end, sur les bateaux qui servent davantage à transporter "du Comorien", comme il dit, vers Mayotte qu’à pêcher, elle indigne surtout ses adversaires politiques.
Macron est sur un nuage. Et, sans être cynique, l’actualité internationale, riche en ce printemps, ne peut que le porter. L’attentat de Londres et la menace islamiste font du nouveau chef de l’État le premier bouclier protecteur dans la conscience collective. Sa rencontre avec Poutine lui a permis de montrer qu’il n’était pas du genre à se coucher. Pareil avec Trump. Le tweet de Macron "Make our planet great again", après le désengagement des États-Unis de l’accord climat, a battu tous les records de reprise sur le réseau social.

Et, pourtant, la plupart des candidats de La République en marche ! sont d’illustres inconnus du grand public.

Certes, mais ils risquent fort de battre nombre de ténors. À Paris, par exemple, Nathalie Kosciusko-Morizet, Cambadélis, Lamour pourraient mordre la poussière. Le coup de balai devrait être comparable à celui des législatives de novembre 1958 pour le retour de De Gaulle. Plusieurs figures de l’époque comme Jacques Duclos, Edgar Faure, Edouard Daladier et bien d’autres, avaient été emportées.
Cela prouve deux choses. D’abord, comme en 1958, beaucoup de Français souhaitent vraiment le renouvellement, tourner une page : ils ne veulent plus voir toujours les mêmes têtes. Ensuite, ils devraient moins voter pour les candidats de la République en marche!, dont ils ignorent effectivement tout de l’équation personnelle, que pour donner à Macron les moyens de faire évoluer le pays. Ils veulent lui donner une chance.

Finalement, Macron semble bénéficier d’un état de grâce ?

Oui, mais le climat pourrait se dégrader avec la réforme du Code du travail. La majorité présidentielle pourrait être mise à rude épreuve. Ce sera un premier test important.