Les Républicains : pourquoi le cas NKM est-il pathétique ?

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Alors qu'ils n'ont jusqu'à présent rien fait pour que Nathalie Kosciusko-Morizet obtiennent ses parrainages, les candidats favoris font preuve d'une réelle hypocrisie en appelant désormais les élus à la soutenir.

Primaire à droite, en quoi le cas de Nathalie Kosciusko-Morizet est-il pathétique ?

Entendons-nous bien, ce n’est pas Nathalie Kosciusko-Morizet qui est pathétique, c’est la comédie jouée actuellement par le parti des Républicains.
A trois jours de la date limite du dépôt des candidatures pour la primaire, ils se disent que ce serait bien qu’il y ait tout de même une femme sur la ligne de départ.
Que, sinon, la fête risquerait d’être gâchée et ils ont mauvaise conscience. Tout le monde y va donc de sa formule contrite pour regretter qu’elle n’ait pas ses parrainages.
Des femmes volent à son secours comme Valérie Pécresse, qui ne partage pourtant pas ses idées, mais qui va lui donner son parrainage. La sénatrice centriste Chantal Jouanno aussi.
Alain Juppé a promis de lui donner un coup de pouce, Sarkozy dit qu’elle est quand même intelligente. Chacun y va de son couplet.
Quelle hypocrisie !

Pourquoi ?

D’abord, parce que les favoris ont tout fait pour assécher les parrainages.
Sur 360 députés, sénateurs et députés européens Les Républicains, et quelques 78 parlementaires centristes, Fillon en a recueilli plus de 70, Sarkozy, plus de cent, alors que 20 suffisaient. On ne va pas dire qu’ils n’ont pas fait exprès.
Ensuite, Nicolas Sarkozy, le patron du parti, qui tient les manettes, a voulu faire payer la liberté de ton de son ancienne protégée. Devant lui, des élus ont donc pris peur.
Enfin, NKM, l’écologiste, l’iconoclaste, l’anti frontiste viscérale, figure de la droite bobo, n’est pas dans l’orthodoxie du parti. Elle n’y pèse d’ailleurs pas grand-chose.

D’ici à vendredi, NKM pourrait-elle finalement avoir ses parrainages ?

Arrêtons le politiquement correct.
De deux choses l’une, ou NKM est effectivement une victime du machisme ambiant, ou elle ne représente pas une sensibilité forte aujourd’hui à droite.
Après tout, Nadine Morano aussi n’a pas ses parrainages et personne ne s’en offusque. Morano, pourtant plus à droite, est-elle moins fréquentable que NKM ? Assurément oui car, en plus, elle occupe moins l’espace médiatique.
Le soldat NKM pourrait donc être qualifiée in extremis pour la faire taire provisoirement et éviter la polémique. Il ne faut pas oublier que 52% des Français sont des Françaises !
Mais après, au deuxième tour de la primaire, à qui profitera le sauvetage de NKM ?