Le Front national en pleine crise identitaire

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Yves Thréard nous livre son analyse politique à quelques semaines des élections législatives.

Le Front national en pleine crise identitaire.

Il y a quelques jours, c’était Marion Maréchal Le Pen qui annonçait son retrait temporaire de la politique et sa non candidature aux législatives. Maintenant, c’est Florian Philippot qui menace de partir pour lancer son association Les Patriotes. C’est un coup très dur pour Marine Le Pen car sa nièce et Philippot ont été l’alpha et l’omega du FN ces dernières années. Marion Maréchal, très populaire dans le sud de la France, est l’incarnation de la ligne identitaire. Philippot, plus ancré au nord du pays, est le chantre d’une politique étatiste anti européenne.
Les deux se détestent. Mais Marion Maréchal Le Pen est sans doute partie pour mieux revenir et, qui sait ? Contester le leadership de sa tante de l’intérieur. S’il part, Philippot, lui, aurait carrément l’intention de concurrencer le FN de l’extérieur avec un parti ennemi.

Au milieu, c’est donc Marine Le Pen qui est sur la sellette.

Cela tangue très fort dans les rangs du FN où le ton monte parmi les cadres du parti et tous ceux qui en sont proches, comme Gilbert Collard et Robert Ménard. Ils s’interrogent sur les capacités de Marine Le Pen à tenir le parti. À lui trouver des alliés (le mariage avec Dupont Aignan n’aura duré que 10 jours), et à le faire progresser dans les urnes pour gagner. Sa très mauvaise prestation dans le débat de l’entre-deux-tours a moins traduit une erreur tactique que ses limites dans ce genre d’exercice et ses insuffisances au plus haut niveau.
Et puis la question centrale, c’est la sortie de l’euro. Beaucoup au FN estiment qu’elle leur a été fatale. Garder ce projet, c’est, selon eux, compromettre l’avenir électoral du FN. L’abandonner, c’est acter le divorce avec Philippot.

Quel choix fera Marine Le Pen ?
 
Elle pourrait sacrifier Philippot en se souvenant de la rupture de son père avec Bruno Mégret en 1999. Mégret ne manquait pas de talent politique, comme Philippot aujourd’hui, mais il n’a jamais percé hors du FN. Reste à savoir, en face, si Marine Le Pen a le talent de son père pour surmonter la crise à venir et remettre le FN en orbite électorale.