Débats de la primaire : Fillon en trois sets gagnants

  • A
  • A
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Alors que le dernier débat de la primaire de la droite et du centre a eu lieu hier soir, il semblerait que François Fillon s'en soit à nouveau le mieux tiré parmi les candidats.

Selon Yves Thréard, François Fillon a gagné en trois sets, c’est-à-dire les trois débats de la primaire.

Jeu, set et match. On ne sait pas si Fillon gagnera la primaire de son camp, ni même s’il sera qualifié, mais il a dominé les trois débats. Hier soir encore, en étant le plus précis, le plus direct et en disant refuser que la politique soit un spectacle, ce qui ne peut que plaire à un électorat de droite. Sur chaque question, il a lobé les journalistes et ses adversaires en donnant de la hauteur au sujet, que ce soit sur le conflit syrien, l’avenir de l’Europe dont il a été enfin question, sur l’école ou l’entrée à l’université pour laquelle le bac doit servir, selon lui, d’examen de sélection. Et puis, Fillon est le seul dans sa conclusion à n’avoir pas dit "je", mais "nous", nous les Français, voilà où nous devons aller : vers plus de liberté. Avec cette formule de Jean-Paul II : 'n’ayez pas peur', synonyme de rassemblement et d’espoir. Les autres ont été plus convenus.

Ce débat peut-il avoir été décisif ?

Le réalisateur a multiplié les écrans divisés par trois sur lesquels apparaissaient Juppé, Sarkozy et Fillon, les trois favoris des sondages. Comme il a été beaucoup question de la politique étrangère de la France, ils avaient le beau rôle, compte tenu de leurs fonctions passées, par rapport à leurs quatre concurrents. Et ils l’ont bien tenu. Seul Sarkozy aurait pu être mis en difficulté quand il a été interrogé sur les supposées valises de billets reçus de Kadhafi pendant la campagne de 2007, mais les deux autres n’ont pas surenchéri. Preuve que l’ambiance n’était pas à la tentative de K.-O. Seul Pujadas a fait les frais de la brève réponse de Sarkozy, qui l’a voué aux gémonies.

Juppé, Sarkozy, Fillon. Yves, qui sont les deux qui ont le plus de chances d’être qualifiés dimanche soir ?

Le choix se fera plus sur les apparences que sur les programmes, qui sont sensiblement les mêmes. Pour l’anecdote, Juppé et Fillon portaient une cravate rouge foncé et Sarkozy une cravate bleu. Mais, admettez que c’est un indice bien faible pour en tirer un pronostic fiable…