Coup de gueule : le scandaleux suicide de la droite

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Yves Thréard nous livre son analyse politique à quelques semaines de l'élection présidentielle.

Coup de gueule sur le scandaleux suicide de la droite.

Elle avait un boulevard et elle se retrouve dans une impasse. Elle avait la chance d’avoir en face d’elle une gauche en charpie et elle se retrouve elle-même éparpillée façon puzzle. Elle avait la victoire à portée de main et elle se retrouve à faire la course en milieu de peloton, derrière Le Pen et Macron.
Depuis 42 jours, depuis la sortie de l’affaire Fillon, le 24 janvier, la droite fait une tentative de suicide en direct. Il y a 42 jours, sûre d’elle-même et de sa victoire, elle commençait à se partager les postes et les ministères. Aujourd’hui, ses ténors redoutent d’être battus aux législatives, balayés, emportés par la colère des électeurs.
La droite s’est tirée une balle dans le pied. C’est l’histoire d’une déroute, d’une Bérézina annoncée qui aurait pu être évitée.

La faute à qui et à quoi ?

A Fillon et à ce que la justice lui reproche, qui n’est plus moralement accepté et acceptable aujourd’hui. Il le savait puisqu’il a cessé de salarier sa femme en 2013, comme par hasard l’année d’adoption de la loi sur la moralisation de la vie politique.
Depuis le début, sa défense est mauvaise et désordonnée. Comment comprendre que Fillon promette de se retirer s’il est mis en examen avant de changer d’avis ? Comment comprendre qu’un homme qui aspire à devenir président de la République traite les médias et les juges avec les accents du pire démagogue ?
La faute de Fillon mais aussi de tous les ténors des Républicains, incapables de faire bloc derrière leur candidat, de faire preuve de solidarité. Depuis 42 jours, on assiste à un festival de lâcheurs, de pleutres, d’hypocrites, d’indécis, qui dégrade encore un peu plus l’image du personnel politique. Aucun plan B n’était imaginable et le spectacle qu’ils donnent est ridicule, grotesque. Après avoir claqué les portes, les voici "déterminés", depuis hier soir, à faire gagner Fillon !
C’est une évidence depuis le début : ou ils gagnent ensemble ou ils perdent ensemble.
Ils sont bien partis pour perdre. Et à la défaite s’ajoutera le déshonneur en raison de leur attitude désastreuse.

Fillon a- t-il encore une petite chance ?

Une petite si la droite arrête sa comédie. Quoi qu’il arrive, les ténors de la droite devront faire leur examen de conscience si Marine Le Pen arrive largement en tête au soir du premier tour. Ils n’y seront pas pour rien, bien au contraire.