Candidat ou pas candidat : Bayrou et son casse-tête palois

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Yves Thréard est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Chaque matin, Yves Thréard nous livre son analyse politique à quelques semaines de l'élection présidentielle.

Candidat ou pas candidat ? Bayrou et son casse-tête palois !

Suspense, suspense. À partir de demain, 15 février, le maire de Pau pourrait déclarer sa candidature à la présidentielle. Il s’est fixé jusqu’au 23 février, date qui marque le début du dépôt des 500 parrainages nécessaires au Conseil constitutionnel, pour dire ce qu’il fera.
Pour Bayrou, il n’y a qu’une élection qui compte, c’est la présidentielle et ce ne sera jamais que sa quatrième tentative, s’il y va. À l’heure du "dégagisme" et du "sortez les sortants", on ne peut pas dire que le contexte lui soit très favorable.
D’autant que son parti, le MoDem, n’a ni troupes ni argent et que les sondages ne lui font pas du tout un accueil triomphal : autour de 5% d’intentions de vote, presque trois fois moins qu’en février 2012 pour la précédente présidentielle.

Pourquoi finirait-il quand même par y aller ?

Le contexte fait qu’il n’a plus le choix, Bayrou devrait donc se présenter.
Soutenir Fillon : impossible, surtout depuis le PénélopeGate. Ce serait en complète contradiction avec ses propos sur l’affaire Fillon qui, dit-il, "menace la démocratie", sur cet homme au programme brutal, qu’il estime placé "sous influence de l’argent".
Soutenir Macron : impossible aussi, car ce serait signé sa propre mort politique. Macron ne fera pas de Bayrou son premier ministre. Et pour Bayrou, Macron, c’est flou, c’est le candidat de la finance. À dire vrai, Bayrou ne croit toujours pas aux chances de Macron.
Donc, Bayrou ne peut soutenir que Bayrou. Il mise sur l’effondrement de Fillon et Macron, continue à avoir la foi chevillée au corps, la certitude de sa supériorité, de sa capacité à avoir les qualités qu’exigent les Français de leur président : un homme raisonnable, cultivé, enraciné dans le terroir, expérimenté. Bayrou, il sent bon la France éternelle.

Et que fera-t-il si Fillon, contraint d’abandonner, est remplacé par Juppé ?

Si ce remplacement se fait avant qu’il déclare sa candidature, c’est le seul cas de figure qui pourrait le faire renoncer, compte tenu de sa proximité avec le maire de Bordeaux. Sinon, Bayrou sera sur la ligne de départ, un candidat sérieux dans le contexte actuel pour le moins très mouvant.