Élections européennes : la stratégie des centristes de l'UDI

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Debout les copains !
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

Les grandes manœuvres continuent pour préparer les élections européennes.
Après Ségolène Royal qui admet réfléchir à conduire une liste, Michaël Darmon nous parle d’une autre liste qui se prépare du côté des centristes.

Avec celle de l’UDI, le parti que dirige Jean-Christophe Lagarde.
C’est dans les cartons depuis plusieurs mois mais l’entrée de Franck Riester au gouvernement semble accélérer le mouvement.
L’UDI c’est une droite modérée et pro européenne qui ne se reconnaît ni en Wauqiez ni en Macron. Leur principe est qu’En Marche n’a pas la monopole de la liste européenne, dit-on du côté de l’UDI.
L’ambition du président de la République d’opposer les progressistes aux nationalistes ne fait pas un projet pour les centristes de l’UDI.
C’est en décembre que le parti de Lagarde prendra sa décision mais l’envie de mener une liste pour occuper cet espace politique est très forte. Il n’est pas impossible que la liste soit menée par Jean Christophe Lagarde, ce sera une occasion de mener une campagne nationale et de faire entendre sa voix.

C’est toujours aussi difficile pour les partis de trouver une tête de liste pour ces élections, que tout le monde présente comme cruciales ?

Effectivement parce c’est une campagne nationale et que les chefs de partis seront très sollicités. Mais la position présidentielle de faire le rassemblement des progressistes contre les nationalistes ne va pas être simple à tenir pour l’Élysée.
La liste en Marche va sûrement être concurrencée par des listes pro européennes qui ne soutiennent pas le président de la République, comme celle de l’UDI.
Cette situation n’aurait qu’un avantage tout de même aux yeux de l’Élysée, celui d’affaiblir la liste LR en attirant les déçus de Laurent Wauquiez.
Un argument important aux yeux d’Emmanuel Macron qui veut continuer à affaiblir la droite au printemps prochain.