Règlement de compte chez les Républicains : des constructifs plutôt gagnants au final ?

  • A
  • A
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Le parti va se réunir pour décider des sanctions contre les membres qui soutiennent le gouvernement. Certains sont sur la sellette. 

Règlements de comptes chez les Républicains

Lundi a lieu un bureau politique rue de Vaugirard qui s'annonce fratricide. Avec à l'ordre du jour, la question des "procédures disciplinaires" engagées contre ceux qui soutiennent la politique d'Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe. En ligne de mire - vous l’aurez compris - les constructifs qui irritent de plus en plus les Républicains canal historique, avec quelques noms d’oiseaux échangés dans les médias et cette semaine à l’Assemblée. On a eu plusieurs phases de règlements de comptes. Il y a eu d’abord la punition financière. Le trésorier des Républicains a cessé de prélever la cotisation mensuelle des constructifs pour le parti. Soit plusieurs centaines d’euros. Sauf que comme le confie en riant un de ces élus sanctionnés, si la punition consiste à ne plus avoir à payer, la sanction est plutôt plaisante.

Lundi on va donc entrer dans une deuxième phase de sanctions. En allant jusqu'à une exclusion du parti d’Edouard Philippe, Gérald Darmanin, Thierry Solère.

Que gagnent les Républicains à les exclure ?

Eviter l'explosion des Républicains avant l'élection de son nouveau président en essayant de clarifier la ligne du parti. Mais c’est loin d’être simple. On l'a vu mardi avec le vote au discours de politique générale du premier ministre. Sur 100 députés Les Républicains, 75 se sont abstenus plutôt que de voter contre. Et ce rapport de force a beaucoup surpris à Matignon parce qu’il montre que les lignes sont en train de bouger au sein des Républicains. On n’est plus dans une opposition frontale au pouvoir comme on pouvait l’entendre au lendemain de l’élection présidentielle. Aujourd’hui, les élus comme les Français veulent une droite constructive qui travaille main dans la main avec l’exécutif. Et qui ne dit pas non à tout.

C’est la grande victoire des constructifs alors ?

Pour le moment oui, car ils ont réussi à démembrer les Républicains et à se créer un groupe à l’Assemblée nationale. A court ou à moyen terme, en tout cas d’ici aux élections municipales, les constructifs auront d’ailleurs vocation à se construire en parti politique, un parti qui sera proche de la République en marche et sur lequel l’exécutif s’appuiera pour gagner de nouveaux territoires. Pour les Républicains, c’est par contre une autre histoire qui commence. Avec l’immense défi de savoir se renouveler et de réussir à parler dans un même discours aux villes comme aux territoires ruraux et périurbains.