Réforme du code du travail : pour le gouvernement il est urgent d’attendre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

À seulement quelques jours du premier tour des élections législatives, Soazig Quémener nous livre son édito politique.

Réforme du code du travail : il est urgent d’attendre

C’est un jeu d’équilibre très subtil auquel s’essaie le gouvernement. Donner une impression de rapidité dans l’avancement de la réforme par ordonnances du code du travail pour rassurer Bruxelles et espérer enclencher un choc favorable aux embauches. De l’autre côté, cocher toutes les cases de la négociation avec les syndicats afin d’éviter l’agrégation d’un front social dans la rue.
Hier nos confrères du Parisien révélaient ce qu’ils présentent comme l’avant-projet de loi du gouvernement pour une réforme du droit du travail. Un texte particulièrement salé qui prévoit par exemple la négociation du contrat de travail dans les entreprises. Le gouvernement s’est empressé de répondre qu’il s’agissait d’un document de campagne et qu’un programme de travail serait présenté aux partenaires sociaux d’ici ce soir par la ministre du Travail justement, Muriel Pénicaud.

Mais avant même de se pencher sur cette feuille de route, les syndicats, CGT comme CFDT réclament davantage de temps.

Dans cette délicate affaire, trois tempos se télescopent. Celui du gouvernement qui a promis une rédaction des ordonnances pour le 28 août au plus tard. Celui des syndicats, CGT comme CFDT pour qui l’été ne suffira pas pour traiter de tous les sujets sur la table. Il y a enfin le tempo politique propre au nouveau président, avec lequel celui-ci doit astucieusement manœuvrer pour qu’à cinq jours du premier tour, la réforme du code du travail ne pèse pas trop sur les élections législatives.

Avec en embuscade, Jean-Luc Mélenchon !

Après sa défaite à la présidentielle, et alors que les intentions de vote pour les candidats de la France insoumise sont décevantes, Jean-Luc Mélenchon espère se réinventer en figure de proue du mouvement social anti-ordonnances.
C’est bien pour cela que l’ex-candidat a sommé hier le gouvernement de publier "les véritables textes" avant les législatives.
Il semble au contraire que l’exécutif veuille laisser passer les élections avant que le président auto-proclamé "jupitérien" ne dévoile réellement l’intensité de la foudre qu’il s’apprête à lancer sur les salariés.