Quels sont enseignements du premier tour des législatives ?

  • A
  • A
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Au lendemain du premier tour des élections législatives, Myriam Encaoua nous livre son édito politique.

Emmanuel Macron a fait carton plein hier soir avec plus de 30% des voix. Son parti, la République En Marche, est en mesure de remporter autour de 400 sièges au second tour dimanche prochain. Est-ce un coup de maître ?

Un coup de maître, une razzia ou un grand chelem. En tous cas, le résultat d’une redoutable habileté politique. Il faut se souvenir des manchettes et des éditos il y a seulement quelques semaines, Macron allait être le président d’un pays ingouvernable. Le retour de la 4ème république celle des coalitions introuvables et de l’instabilité perpétuelle. Rappelez-vous, après la présidentielle, il n’avait aucun allié ou presque, l’ampleur du vote par défaut était telle que tout le monde croyait si ce n’est à une cohabitation, au moins à un rééquilibrage des électeurs aux législatives. Lui-même n’osait rêver de la majorité absolue sans le modem. Il est en passe de recevoir un plébiscite des Français.

Que s’est-il passé ?

En un mois entre la présidentielle et les législatives, Macron a fait ses premiers pas de président, actionné tous les leviers pour transformer un vote par défaut en une volonté des Français de lui laisser sa chance. Il y a eu l’investiture, les symboles et le retour du président-monarque au-dessus de la mêlée, Macron a très vite fait président aux yeux des Français. Vous ajoutez à cela un sans-faute sur la scène international : une poignée de main viril avec Trump et la leçon à Poutine sous les ors de Versailles. Mais surtout, la composition du gouvernement, un modèle de tactique politique pour ébranler la droite. Édouard Philippe à Matignon, le duo Darmanin-Le Maire à Bercy, Jean-Michel Blanquer à l’Éducation avec le retour du redoublement et des classes bi-langues. Le tout sur  fond de lutte contre le terrorisme. Tout cela  lui a fait gagner 10 points par rapport à la présidentielle. Il a cassé la gauche pendant la campagne, asphyxié la droite depuis son élection, tout ça donne cette phrase la plus entendue sur les marchés pendant la campagne : "il faut lui laisser sa chance !".

Faut-il se méfier de cette future assemblée monocolore ?

C’est vrai que cette immense majorité dont va bénéficier Macon a de quoi étourdir. Même si la crainte du parti unique peut être corriger à la marge les choses d’ici dimanche prochain. Jamais le pouvoir législatif n’est apparu à ce point dans la main d’un seul homme. Ces députés seront-ils demain des robots, des machines à voter ou des machines à couacs ? Les contre-pouvoirs seront-ils dans la rue ? L’opposition a-t-elle besoin de l‘assemblée pour exister ? Ces questions donnent un peu le vertige. Macron voulait restaurer la fonction, il restaure l’essence de la Ve République. Depuis la présidentielle, Les Français découvrent Emmanuel Macron, ils décident de lui donner les clés de la maison France.


EN DIRECT - Législatives : suivez l’après premier tour avec les "40 heures non stop" d'Europe1.fr  

http://www.europe1.fr/politique/en-direct-legislatives-2017-lapres-premier-tour-3358061


RESULTATS - Législatives 2017 : les résultats dans votre ville, votre circonscription, votre département

http://www.europe1.fr/politique/legislatives-2017-les-resultats-dans-votre-ville-votre-departement-votre-circonscription-3355634