Où sont passés Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ?

  • A
  • A
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

A quatre jours du premier tour des élections législatives. On parle beaucoup d'En Marche, mais beaucoup moins du Front national et des Insoumis.

A quatre jours du premier tour des élections législatives, on parle beaucoup d'En Marche, favori des sondages. Mais beaucoup moins du Front national et des Insoumis.

Où sont passés Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon? Alors c'est vrai que les Républicains et surtout les socialistes. Ne sont pas franchement promis à un avenir brillant, selon les sondages, dans la future assemblée. Mais pour le candidat des Insoumis et celle du Front national, c'est presque pire. Marine Le Pen a été au second tour de la présidentielle. Jean Luc Mélenchon avait 19% des voix. Mais on l'impression qu'un mois plus tard, tous les deux sont sortis des radars. 

Mais que s'est-il passé David? Pourquoi ces deux candidats très en vue sont aujourd'hui absents du paysage?

Tout simplement parce que tous deux ont dilapidé leur capital politique. Alors c'est vrai que le mouvement du président Macron, En Marche, est le grandissime favori. Et du coup, les scores des autres candidats sont revus à la baisse. Mais là, Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon tombent de haut. Autour de 400 sièges pour le mouvement En Marche. Mais Entre 5 et 15 députés pour le FN, entre 12 et 22 pour la France Insoumise. Ni l'un ni l'autre ne sont assurés d'avoir un groupe parlementaire le 18 juin.

Est-ce que c'est la même logique pour les deux? Est ce qu'ils ont commis les mêmes erreurs?

Le Pen a pris un gros coup au moral avec un score jugé décevant. Au FN, ça sent très fort les règlements de compte. Le parti est divisé: Florian Philipot est accusé, Marion Maréchal Le Pen s'est éloignée. Bref, le FN n'est pas au mieux.

Dans le cas de Mélenchon, c'est presque le contraire: une sorte de manque de lucidité qui pousse l'ancien candidat à multiplier les outrances. Le plus dur n'est pas de réussir sa présidentielle, mais de ne pas rater la suite.