L’hypothèse d’une sortie de Fillon grandit

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Alors que le reportage d'Envoyé spécial diffusé hier soir a alimenté un peu plus la polémique autour de François Fillon, nombreux sont ceux qui appellent à un plan B.

L'hypothèse de sortie de Fillon grandit.

Aujourd'hui c'est le scénario le plus probable. On l'a vu, les appels à un plan B se multiplient et les élus doutent. Mais personne n'est attention capable de donner la fin de l'histoire. Les prochains jours vont être déterminants.
Pourquoi ? Les élus sont rentrés dans leur circonscription. Pendant plusieurs jours, ils vont être sur le terrain, à la rencontre de leurs électeurs. Ça va être déterminant pour savoir si les élus continuent de faire plus ou moins bloc derrière le candidat, dans la majorité, ou s’ils comment à se détacher.
Deuxième élément, les sondages. Aujourd'hui Fillon est retombé à 20% des intentions de vote. Il a perdu à peu près sept points depuis la primaire. Si la baisse est réelle, on voit que le noyau de la droite résiste.
Si dans les prochains jours, Fillon dégringole à 15% alors là on rentrera dans la zone rouge. Ça veut dire que la droite aura lâché le candidat.

Est-ce que le reportage d’Envoyé spécial l’achève ?

Disons que ça ne l’aide pas pour être sympa. Ça contribue à entretenir un climat de suspicion où chaque jour un élément vient s’ajouter au reste.
Clairement, on a Penelope Fillon qui en 2007 expliquait ne pas avoir été l’assistante de son mari, même si elle reprenait des éléments aujourd’hui avancés par François Fillon dans sa défense. Elle allait aux meetings dans le fond des salles pour écouter, discrètement.
Mais voilà cette interview et le reportage d’Envoyé spécial entretient cette impression de grand flou dans la défense des fillonistes. Aujourd’hui, c’est vraiment ce que les électeurs de droite lui reprochent sur le terrain : ils aimeraient rapidement connaître la vérité, pouvoir avoir un candidat que ce soit Fillon ou un plan B mais que la droite fasse campagne alors qu’on leur disait cette élection imperdable. On est à 80 jours de la présidentielle.

Et à au poker est ce que Fillon peut s'en sortir ?

Oui, il a encore deux cartes dans son jeu. La première, ce sont les vacances scolaires.
Dès ce soir la zone C est en vacances, ce qui veut dire que des millions de Français vont s'intéresser à autre chose qu'à Fillon. La seconde ce sont les déplacements sur le terrain. Fillon va les multiplier, plusieurs par semaine. Dès mardi, il sera chez François Baroin ! Et jeudi chez le juppéiste Jean-Pierre Raffarin. Une façon de pousser les élus à faire bloc autour de lui. Et d'étouffer toute concurrence.