Le testament politique de Xavier Beulin

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Tous ceux qui ont rêvé ou rêve encore de s'installer à l'Élysée seront présents aux obsèques de Xavier Beulin, président de la FNSEA, ce vendredi à la cathédrale d'Orléans.

Le testament de Xavier Beulin

Ils seront quasiment tous là ce matin. Tous ceux qui ont un moment rêvé de s’installer en mai prochain à l’Élysée. Tous réunis dans la cathédrale d’Orléans pour les obsèques de Xavier Beulin.
Xavier Beulin, c’est le président de la FNSEA, décédé subitement dimanche dernier d’une crise cardiaque à l’âge de 58 ans.
Imaginez le symbole : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Fillon, Manuel Valls et Emmanuel Macron ensemble au cœur d’un même sanctuaire pour rendre un dernier hommage au principal représentant d’une agriculture française qui vient de traverser deux ans d’une crise majeure.
On pourra réutiliser la formule du chef de l’État ciselée pour Emmanuel Macron mercredi soir au dîner du Crif : "Sont rassemblés ici ceux qui ont gouverné hier, ceux qui aspirent à gouverner demain. Ce sont parfois les mêmes".

À ces obsèques, il va manquer quelques candidats, au premier rang desquels Marine Le Pen ?

Effectivement. On le sait, la candidate FN n’a jamais spécialement apprécié Xavier Beulin. En mars 2012, présente au congrès de la FNSEA, elle l’avait qualifié de "mauvais lobbyiste" avant d’être huée par la foule. Le communiqué de condoléances du FN à la famille du syndicaliste ne tait pas d’ailleurs pas ces "profonds désaccords". Mais l’ombre de la patronne du FN va planer sur cette cérémonie qui se tient la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture.

Parce que Xavier Beulin parlait beaucoup de la candidate frontiste ces derniers temps.

Oui, alors, il ne s’agit pas de sanctifier le leader syndicaliste. De son vivant, beaucoup l’ont contesté parce qu’il était également patron du géant céréalier Avril. N’empêche, il est tout même important d’écouter ce qu’avait à dire le patron du plus puissant syndicat agricole à deux mois d’une présidentielle aussi décisive que celle que nous vivons.
Samedi dernier, dans une interview au Parisien qui fait aujourd’hui figure de testament, Xavier Beulin avait adressé une mise en garde très précise. D’abord, il avait rappelé qu’aux "dernières élections, le vote rural, qui n’est pas seulement celui des paysans, s’est largement porté sur le Front national". Manière de souligner qu’il était urgent de se soucier de ce monde rural, et des 20.000 fermes menacées de disparition en France. Il interpellait les candidats mais aussi les électeurs agriculteurs. Dans cette interview, il pourfendait le discours du FN sur Bruxelles. La volonté de Marine Le Pen de casser l’Europe était selon lui, "intenable" pour ses pairs. Il appelait tout simplement les paysans à ne surtout pas se tromper de combat.