Le loft story de la primaire à gauche : tout va se jouer à la télé !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Cette primaire sera la première émission de télé réalité politique, un peu comme le Loft story, après le vote de téléspectateurs, il n'en restera plus qu'un.

Le premier débat de la primaire aura lieu demain soir, jeudi. Il y en aura trois en tout, en une semaine.
Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les candidats jouent gros !

C'est l'heure de vérité, pour reprendre le titre d'une fameuse émission politique des années 80 et 90. Ce premier débat, c'est le grand moment d'une primaire de la gauche express qui va durer moins de trois semaines. À peine le coup d'envoi donné, les concurrents sont déjà dans le sprint final.
Ils ont tout misé sur ces trois débats, l'enjeu et la pression sont donc énormes.
On n'est pas du tout certain à cette heure-ci que le spectacle politique sera à la hauteur, mais ce dont on est sûr, c'est qu'il va y avoir du show.

Plus encore que pour la primaire de droite, tout passe par la télévision ?

Absolument, cette primaire sera la première émission de télé réalité politique, un peu comme le Loft story.
La primaire, c''est le loft des socialistes. Benoit, Manuel, Arnaud et Vincent sont enfermés ensemble et à la fin, après le vote de téléspectateurs, il n'en restera plus qu'un.
Le problème avec ce type d'émissions, c'est que le vainqueur est en général vite oublié et c'est ce qui risque de se passer.
Selon les études d'opinion, le candidat socialiste atterrira à la cinquième place au premier tour de la présidentielle.

Comment se préparent ils ?

Ça a travaillé dur dans les derniers jours. Chacun a son défaut à corriger et ses qualités à mettre en valeur.
Hamon doit se faire connaître, Montebourg doit corriger certains côtés de sa personnalité, Valls doit jouer sur sa stature d'homme d'État et gommer son côté conflictuel.
Quant à Peillon, le candidat surprise, il doit expliquer ce qu'il fait là.
Ce n’est pas facile, donc oui, la pression monte.
Quand on n'a que dix-sept minutes pour convaincre, le temps imparti à chaque candidat, on n'a pas le droit à l'erreur.
Certains devront prendre des risques au risque de la sortie de route. Attention au crash.
Pour chacun des candidats, il faut absolument éviter que la télé réalité politique ne tourne au film catastrophe.