François Fillon : la course contre la montre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Alors que François Fillon a promis de se retirer de la présidentielle s'il était mis en examen, ces une véritable course contre le montre qui se déroule pour lui d'ici à la présidentielle. De leur côté, les Républicains se mettent déjà en quête d'un nouveau candidat. Au cas où...

Pour François Fillon, c’est la course contre la montre... 
Oui, il faut aller très vite maintenant. Une semaine après les révélations du Canard Enchaîné, le candidat de la droite et du centre est toujours empêtré dans l'affaire Penelope. Or le premier tour de la présidentielle, c’est dans 82 jours. Il est donc urgent que François Fillon parvienne à lever l'hypothèque qui pèse sur sa candidature. L’image des drapeaux bleu-blanc-rouge de son meeting réussi dimanche à la Villette s’est vite effacée derrière celle des fenêtres éclairées de la brigade financière où François Fillon a été entendu une bonne partie de la journée hier, tout comme son épouse. Et dans la fosse aux lions de la droite, on recommence à entendre de violents claquements de mâchoires. 

Vous voulez dire que chez les Républicains, on envisage sérieusement de trouver un nouveau candidat ?

Oui. De téléphone en téléphone court le tam-tam d’une droite qui se cherche déjà un chef de substitution pour la bataille de 2017. Cela pourrait être Xavier Bertrand qui a vaincu Marine le Pen dans les Hauts de France, François Baroin ou encore Laurent Wauquiez. D'autres ont même consulté Jean-Louis Borloo qui, prudent, ne bouge pas une oreille ! Il est de toute façon trop tard pour organiser une nouvelle primaire. Il faudrait un vote en bureau politique pour choisir un nouveau processus de désignation. Pourquoi pas un conclave des chapeaux à plumes ? La droite attendrait sa fumée blanche.

Comment Fillon peut-il faire taire cette petite musique de l’empêchement ? 

C’est un peu comme dans une série télé à rebondissements, il faut tenir, tenir le plus longtemps possible. D’abord jusqu’à la fin de cet après-midi. Le moment où le Canard Enchaîné tout frais imprimé est distribué dans les rédactions. Y-aura-t-il une autre affaire après l'affaire? Ce soir, on pourra vraiment jauger la vitalité de la bête Fillon, estiment ses amis. Ensuite, il faut tenir jusqu’au 23 février. A deux mois du premier tour, il est de tradition républicaine que les candidats ne soient plus inquiétés par la justice. Il faut de toutes manières résister jusqu’au 17 mars, la date limite pour la réception des parrainages au Conseil constitutionnel. Après, les Républicains ne pourront plus désigner de remplaçant. C’est pourquoi, l’un des principaux anciens ministres de Fillon lâche, cruel : “Si elle a des éléments probants, la justice s’honorerait à rendre vite sa liberté à la droite française.” On l’a compris, celui-ci compte parmi les putschistes encore tapis dans l’ombre. Mais pour combien de temps…