Emmanuel Macron : une communication à la Obama

  • A
  • A
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Face à la communication plutôt surprenante d'Emmanuel Macron depuis le début de son quinquennat, Myriam Encaoua nous livre son édito politique.

Ce week-end, Emmanuel Macron a de nouveau envoyé quelques cartes postales assez inédites aux Français.

Plus de doute possible, Emmanuel Macron veut s’imposer comme le président le plus swag de la 5e république. Comprendre cool mais classe, décontracté mais toujours tirés à quatre épingles. Le modèle en la matière n’est pas français mais américain, c’est Barack Obama. Comme lui, Macron s’appuie sur les réseaux sociaux et le pôle numérique de l’Élysée a d’ailleurs été renforcé. Facebook, Twitter, studio télé et photographe attitré pour raconter, sans filtre, ce jeune président à qui tout semble réussir.

Il y a eu beaucoup d’images ce week-end !

Vous n’avez pas pu rater le premier selfie présidentiel avec Arnold Schwarzenegger, Macron et Terminator en version original to make the planet great again. Puis samedi, c’était Macron tennisman pour défendre la candidature de Paris au JO de 2024. Il y a aussi la version dans un fauteuil roulant pour les jeux paralympiques, ou encore Macron sur le ring gants de boxe aux poings. La semaine dernière, il répondait au téléphone en direct de l’Élysée faisant exploser le standard. On va peut-être le voir danser un de ces jours  ou pousser la chansonnette. Tout cela évidemment, sans aucun journaliste, cela va de soi.

Cette communication lui permet d’imprimer sa marque et d’éviter les sujets qui fâchent. Est-ce l’idée, ne plus répondre aux questions délicates ?

Oui, c’est frappant de voir qu’après deux conférences de presse à Bruxelles, jeudi et vendredi dernier pour le conseil européen, (dont l’une a durer plus de 45 minutes), Macron ne soit pas revenu sur un sujet : le remaniement ministériel avec la sortie de Bayrou et la première crise politique de son quinquennat. Le président a tellement dit qu’il serait jupitérien, au-dessus de la mêlée, qu’il  ne s’abaisserait pas à commenter son action surtout depuis l’étranger que la presse ne l’a même pas interrogé sur le sujet. Il faut s’en inquiéter car ça n’est pas parce qu’il fixe ses propres règles qu’elles deviennent automatiquement celles des journalistes.

Macron va sans doute attendre le 14 juillet et l’interview présidentielle pour revenir sur cet épisode, c’est très loin. Lui qui a méthodiquement verrouiller tous les postes clés et qui décide de tout, il ne pourra pas s’exonérer longtemps en se retranchant derrière les institutions. À un moment donné, il serait souhaitable que Jupiter descende de son nuage (ou de son vélo) pour apporter quelques explications aux Français.