Campagne présidentielle : il y a urgence à revenir au fond

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

A quelques jours du lancement officiel de la campagne présidentielle, il y a urgence à revenir au fond, avant qu'elle ne le touche.

François Fillon qui s’est rétabli après la tentative de putsch de ses amis à droite. Le dépôt des parrainages et le premier débat télé entre candidats qui approche. La campagne présidentielle va-t-elle pouvoir enfin démarrer ?

On l’espère. Mais rien n’est moins sûr. Depuis la révélation du Penelope gate par le Canard Enchaîné, fin janvier, l’affaire Fillon a tout écrasé, on ne parle que de cela, il est impossible d'y échapper. Et à chaque fois que le scandale se calme et qu’on essaie de passer à autre chose, Un nouvel épisode judiciaire relance le feuilleton. Et empêche de s’intéresser à la campagne Exemple hier.

A peine François Fillon avait-il une fois encore rétabli un peu d'ordre dans les rangs de la droite, et imposé sa candidature à ses amis, que le Canard enchaîné relançait l'affaire avec un prêt de 50 000 euros non déclaré par le candidat. On se demande bien quelle est l'issue de secours.

Ce que vous regrettez, David, c'est qu'on ne parle pas de l'essentiel, des projets, des propositions

Je vais vous donner un autre exemple. Pendant des semaines, la pression était très forte sur Emmanuel Macron pour qu'il présente son programme. On l'accusait même de ne pas en avoir. La semaine dernière, jeudi, il l'a enfin présenté. Mais la nouvelle a été éclipsée par les dernières péripéties de l'affaire Fillon. L'annonce de sa convocation par les juges, a tout emporté. Résultat: pas un mot, ou presque sur le programme d’Emmanuel Macron. 

D'habitude, à chaque présidentielle, il y a toujours un sujet, une thématique qui prédomine.

En 2002 : c'était la sécurité bien sûr, qui avait coûté cher à Lionel Jospin, en 2007 : L'identité, et aussi La fiscalité avec le "travailler plus pour gagner plus" de Sarkozy. Cinq ans plus tard, en 2012 : c'était un référendum pour ou contre Sarkozy. Mais cette année, on se demande encore quel est le terrain de l'affrontement. Et c'est du jamais vu.

Est-ce qu'il y a de l'espoir? Est-ce que cette campagne un peu folle va enfin revenir à la raison?

On l'espère. Dans quelques jours nous rentrerons dans la campagne officielle, et vu les défis auxquels nous sommes confrontés : un monde en ébullition, entre Trump, Poutine et le Proche Orient , une crise économique qui perdure, une menace terroriste, une montée des tensions en France. Autant dire qu'il y a de quoi faire. Débattre. Proposer. Mais à cause du bazar créé par l'affaire Fillon, on n'entend rien. Et pendant ce temps-là, il y a une candidate qui déroule son programme. Dans son couloir sans que personne ne tente de la contrer : Marine Le Pen Bref, il y a urgence à revenir au fond. Sans quoi cette campagne risque de réellement toucher le fond.