Baroin, le cheval de Troyes de Sarkozy

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

François Baroin, premier soutien de Nicolas Sarkozy lors de la primaire, pourrait monter en puissance auprès de François Fillon dans les prochains jours.

Grandes manœuvres à droite hier avec François Fillon qui téléphone à Alain Juppé puis déjeune avec Nicolas Sarkozy. Le même Nicolas Sarkozy qui, dans la foulée, met en scène son tête-à-tête avec François Baroin. Que faut-il en conclure ?
 
Ça s’appelle faire la tournée des généraux de la droite pour s’assurer de leur soutien. Après avoir serrer les boulons avec les parlementaires, François Fillon a donc passé un coup de fil à Alain Juppé et déjeuné 1h30 avec Nicolas Sarkozy. Dans cette traversée du feu, dans ce moment de doute à droite, tout est bon à prendre pour Fillon même si on imagine que cela a dû lui coûter de faire ce déplacement. Mais pour lui, tous les signaux et conseils sont bon à prendre. Alors, il a déjà adopté la majorité pénale à 16 ans, une vieille idée de l'ancien président. Mais il a aussi entendu Sarkozy lui dire de s'appuyer sur les talents de la droite. Et parmi eux, il y a François Baroin, premier soutien de Nicolas Sarkozy pendant la primaire, que l'on pourrait voir monter en puissance dans les prochains jours.
 
L’ex-chiraquien Baroin, devenu sarkozyste pour la primaire, va-t-il faire équipe avec François Fillon ? Ne devait-il pas être le plan B ?
 
Le plan B, c’est fini. À ennuis judiciaires constants, Fillon reste et restera le candidat de la droite sauf coup de Trafalgar de la justice. Le plan B comme Baroin s’éloigne ou plutôt devient un plan M comme Matignon. Car c’est ce qui se dessine. Celui qui fut n°2 de Nicolas Sarkozy revient en force dans la liste des premiers ministrables de François Fillon. Les deux hommes se sont affichés ensemble la semaine dernière à Troyes.
Nicolas Sarkozy fait un gros lobbying pour son ancien ministre au point de mettre en scène son tête-à-tête juste après avoir reçu Fillon. Même si son entourage dément l’idée d’un ticket Fillon-Baroin, l’idée fait plaisir à la droite sarkozyste et ne déplaît pas aux fillonistes. Il est un peu le cheval de Troie de Sarkozy dans la campagne de Fillon.
 
Mais pourquoi Baroin plus qu’un autre ?
 
François Baroin n’a pour l’instant pas laisser de grandes traces partout où il est passé. Et pourtant son CV est long comme le bras : quatre fois ministre, député, sénateur, maire et patron puissant de l’influente association des maires de France. Le fils spirituel de Jacques Chirac est un homme de réseau. Bonne gueule, et belle voix, il a fait le choix d’avancer étape après étape. C’est l’anti-macron. Pas pressé, il estime que la présidentielle c’est trop tôt pour lui. Il préfère jouer Matignon. Il l’écrit dans son livre Un Chemin Français qu’il publie cette semaine et dans lequel il avoue se préparer pour ce job. Ça tombe bien, car en plus d’avoir de solides parrains, Baroin est en train de devenir populaire. Il gagne sept points dans le dernier baromètre Ifop/Match. Et il est l’une des seules personnalités à droite à échapper à la mauvaise humeur des Français. Le moment venu cette popularité pourrait servir au candidat Fillon, lui-même devenu impopulaire.