À quoi joue Hollande ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique de 6h20 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Alors que les socialistes attendent désespérément un signe de François Hollande, le président fait preuve d'un réel désintrêt pour la primaire de son parti.

Le débat télévisé entre les deux finalistes de la primaire socialiste a lieu ce soir entre Benoit Hamon qui engrange les soutiens et Manuel Valls, beaucoup moins.
Il y a une personnalité que l'on aimerait entendre mais qui n'a pas l'intention de prendre parti : il s’agit du président.

À quoi joue François Hollande ? Cette question, ses amis socialistes se la posent de plus en plus.
Ils attendent un mot, un geste ou un signe de la part du président mais ils ne voient rien venir à part quelques signes extérieurs d'indifférence.
Cette primaire, François Hollande s'en désintéresse au plus haut point.
Il s'en lave les mains et ne s'en cache pas.
Lors du premier débat télé, il avait zappé à la mi-temps. Pour le deuxième, il était carrément au théâtre, pour la pièce de Michel Drucker, un sacré pied de nez à ses camarades.
Dimanche, pour le vote, il était en déplacement au Chili, dans le désert d'Atacama.
Autant dire que la primaire est à mille lieues de ses préoccupations.

Est-ce qu'il va corriger le tir? Est-ce qu'il a prévu de délivrer un message pour le deuxième tour ?

Et bien non, au grand dam des socialistes.
Non seulement le président ne votera pas dimanche mais en plus, il ne dira rien. Pas même un petit geste ou un petit signe.
Manuel Valls en aurait pourtant bien besoin, mais le président ne lèvera pas le petit doigt pour son ancien Premier ministre.
Il faut dire que ce n'est pas facile pour François Hollande. D'abord parce que cette primaire, elle était conçue pour lui. Il aurait dû la disputer. Il a dû la regarder depuis le banc.
Et puis surtout parce que ceux qui restent en lice ont tous contribué à son abandon.
Hamon qui a mené la fronde contre le gouvernement et Valls qui lui a porté le dernier coup de poignard.
Difficile de choisir entre deux hommes qui l'ont poussé vers la sortie.

Ça veut dire que le président va rester muet jusqu'au bout ?

C'est possible, ça serait bien sûr énorme que François Hollande, ancien patron du PS pendant dix ans, ne soutienne pas son propre parti.
Mais le président est amer. Plusieurs de ses proches le verraient même prendre parti pour Macron, s'il constate que le candidat socialiste est trop bas et que Macron a une chance d'accéder au deuxième tour.
Là encore, ce serait un crève-cœur pour Hollande car Macron, comme Valls, comme Hamon, a lui aussi empêché le président de se représenter.
Voilà pourquoi l'Élysée explique que si Hollande a renoncé à être candidat, ce n'est pas pour replonger les mains dans le cambouis de la primaire.