Un pacte numérique proposé aux candidats à la présidentielle

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Afin d'aider les start-up françaises et d'en finir avec les pratiques insupportables du monde Internet, le monde de l'entreprise lance "le pacte numérique" qui sera envoyé aujourd'hui aux différents candidats à la présidentielle.

Dix ans après le "pacte écologique" de Nicolas Hulot, le monde de l'entreprise lance le "pacte numérique" qui sera envoyé aujourd'hui aux candidats à l'élection présidentielle.

Qu’est-ce que le "pacte numérique", de quoi s'agit-il exactement ? N'est-ce pas un peu "pipeau" ou un peu "gadget" ce genre de "pacte" ?

Il faudrait que ce ne soit "pas pipeau" parce que l'ancien de patron de Wanadoo, Olivier Sichel, qui en est à l'origine est soutenu par de très nombreux acteurs économiques comme le patron d'Accor, de SFR, de Sodexo, de la SNCF ou d'Alain Minc.
Ce pacte pose de vraies question avec tout d'abord un constat qui fait froid dans le dos. En France, on se gargarise de nos start-up et de la french-tech qui envahirait le monde, mais il faut savoir que l'Europe ne représente que 2% des entreprises Internet dans le monde, par la taille.
Parce que l'on est peut-être très fort pour les start-up mais elles ne grossissent pas. Elles disparaissent ou se font avaler. Résultat : tous les géants sont américains.

Que peut-on faire ?

Il faut accompagner financièrement nos start-up pour qu'elles deviennent des géants mondiaux.
C'est l'une des propositions de ce pacte. Par exemple : consacrer une petite partie de l'argent assurance-vie au financement des start-up.

Et puis, deuxième type de proposition, il faut que l'on arrête de subir toutes les dérives insupportables du monde internet.
- Pourquoi les géants du Web, utilisent-ils mes données personnelles sans mon accord ?
- Pourquoi les géants du web, payent-ils si peu d'impôts ?
- Pourquoi les plateformes type Uber, sont-elles capables de faire travailler des chauffeurs 50 heures par semaine, sans congé payé, ni assurance chômage ?

Donc, l'autre grand volet c'est de réussir à imposer un Internet humaniste avec des valeurs sociales européennes.
On va voir maintenant la suite mais c'est déjà bien d'avoir conscience de nos faiblesses et de vouloir faire quelque chose.