Travail dominical : Printemps conclue enfin un accord

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Le Printemps est le dernier des grands magasins parisiens à signer un accord concernant le travail le dimanche.

L'ouverture du Dimanche se généralise dans les grands magasins parisiens.
Le Printemps a signé un accord pour ouvrir tous les dimanche, à Paris, mais aussi à Marseille, Deauville ou Cagnes-sur-Mer.

Quel bilan tirer de l'ouverture du Dimanche ? Finalement, ça marche ?

Ce n'est pas non plus l'euphorie et puis, ça a été long. Le Loi Macron a été votée, il y a un an et demi.
Là, un accord a été signé In extremis au Printemps par 30 % des syndicats. (CFDT CGC et UNSA) Pourquoi "In extremis" ? Figurez-vous, que la Loi El Khomri, durcit les conditions d'un accord sur le travail le dimanche qui devra désormais être validé par 50% des syndicats, contre 30% auparavant.
Donc, désormais, le Printemps du Boulevard Haussman pourra ouvrir tous les Dimanche. Comme le BHV, les Galeries Lafayettes, le Bon Marché.
Mais, à la Fnac par exemple, aucun accord n'a été trouvé.

Mais, cela reste sur la base du Volontariat ?

Oui, tout a fait. Vous êtes payé double, plus 60 euros pour faire garder les enfants.
Mais, certains craignent à terme, de perdre leur vie de famille. il peut y avoir de vraies inquiétudes.
Pour rappel, au BHV, il y avait eu dans un premier temps, un référendum auprès des salariés qui avaient voté contre l'ouverture du Dimanche.

Donc, c'est un bilan plutôt mitigé ?

Non, parce qu'en revanche, si les salariés hésitent parfois. Les clients eux sont là.
Dans les magasins concernés, le Dimanche est devenu le deuxième meilleur jour de la semaine.
Dans l'ameublement par exemple, le Dimanche représente 23 % des ventes.
L'offre crée la demande et puis même, s'il y a un peu de report, ça permet d'éviter le pic du samedi qui est stressant pour tout le monde.

Donc, à un moment, où l'on s'inquiète de la concurrence d'Internet, d'Amazone où, à Noël, 32 millions de Français ont acheté au moins un cadeau sur Internet.
Et bien, si l'on veut que les grandes enseignes puisse se battre, il faut leur en donner les moyens.

C'est même une question de faire vivre nos centre-ville qui sont parfois désert.
À Paris, les touristes étrangers n'en reviennent pas de voir que tout est fermé le Dimanche.
Donc, ça change. Et dès lors qu'on reste sur la base du volontariat c'est plutôt une bonne chose.