RSI : faut-il réellement le supprimer ?

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La plupart des candidats à l'élection présidentielle promettent de supprimer le RSI ce qui entrainerait une hausse des cotisations pour les Indépendants.

Le RSI est-il injustement critiqué ?

Le Régime Social des Indépendants tente de se défendre et même de "sauver sa peau".
La plupart des candidats à l'élection présidentielle, en effet, promettent de le supprimer.

Le RSI, c'est le cauchemar de millions d'indépendants, artisans, commerçants et professions libérales.
En tout, près de sept millions de Français sont aux RSI.
C'est à dire que ce n'est pas la Sécurité Sociale qui gère leur retraite, l'assurance maladie mais le RSI qui a été créé, il y a dix ans, en fusionnant plusieurs caisses indépendantes.

Sauf que la fusion s'est très mal passée et depuis, les indépendants vivent l'enfer.
Avec des appels de cotisations fantaisistes où on vous demande de payer des sommes épouvantables sans délai, sinon, c'est l'huissier. Bien sûr, personne n'est joignable au téléphone. De quoi vous dégouter à jamais de vouloir être indépendant.

Donc, il faut supprimer ce RSI ?

D'ailleurs, il y a un quasi consensus. François Fillon et Marine Le Pen veulent le réformer en profondeur.
Emmanuel Macron, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélanchon, veulent en effet supprimer le RSI et rattacher les Indépendants au Régime Générale de la Sécurité Sociale, comme tout le monde, où il pourront profiter en prime de congés payés et d'une assurance chômage. Ce qui n'est pas le cas avec le RSI, vous n'avez ni vacances, ni chômage.

Qu'est-ce que l'on attend ?

Sauf que, et c'est ce que fait valoir le RSI, il faut faire attention car les cotisations à payer ne sont pas les mêmes.
Sur 100 euros de recettes, Avec le RSI vous devez payer 40 euros de cotisations, c'est beaucoup.
Avec, la Sécu, le régime générale, il vous faut payer 60 euros de cotisations sur 100 euros de revenus.
Et donc, là, les Indépendants risquent de crier au racket.

La solution, c'est d'avoir un RSI, avec toujours les mêmes cotisations, mais qui fonctionne.
Tout n'est pas perdu car le nombre de réclamations a baissé de 15 % l'an dernier.