Obligation verte : les emprunts au service de l'écologie

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

L'État français a lancé la plus grosse "Obligation Verte" du monde pour un montant de sept milliards d'euros.

Une première pour les finances publiques française.
L'État français a lancé hier avec succès la plus grosse "Obligation Verte" du monde pour un montant de sept milliards d'euros.

Qu’est-ce qu’une "Obligation Verte" de couleur "verte" ?

Une obligation, d'abord, c'est une dette.
Si vous empruntez 10 euros à votre voisin. Pour faire chic, vous pouvez dire : j'emet une obligation de 10 euros auprès de mon voisin".
Et donc, une obligation verte, ça veut dire que l'argent récolté, les 10 euros vont servir à financer des projets écolo.

Donc, hier, l'État Français a emprunté sur les marchés financiers sept milliards d'euros, un record mondial.
Avec ces sept milliards, la France s'engage à financer des projets pour l'environnement, la bio-diversité, le climat.

Et qui contrôle ? Est-on bien sûr que cet argent va bien financer des projets liés à l'environnement ?

C'est le risque.
Effectivement en Chine, par exemple, vous avez des entreprises qui émettent des obligations vertes et l'argent sert à financer des centrales à charbon. Les chinois vous expliquent, le plus sérieusement du monde, que les nouvelles centrales à charbon, polluent moins que les anciennes. Donc, elles contribuent à réduire les émissions de C02.

Alors, en France, il y a des contrôles très strict réalisés par des agences indépendantes, pas question par exemple de financer du nucléaire.
Mais, oui, de toute façon, l'objectif de ces Obligations Vertes, c'est bien de communiquer, de montrer que l'on agit pour le climat.
Et puis, en face, il y a une vraie demande des investisseurs et des particuliers pour des placements responsables, qui financent la transition énergétique.
Donc, ces obligations vertes, même s'il y a un peu de com, participent au financement des projets écologiques.