Les inégalités en hausse pour l'accès aux services publiques et à l'emploi

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Le Conseil Economique, Social et Environnemental a produit un rapport qui montre que les inégalités sont devenues invisibles.

Vous nous parlez ce matin du rapport du Césé (le Conseil Economique, social et Environemental) sur les inégalités. Il a produit un rapport qui montre que les inégalités (qui minent la société) sont devenues invisibles.  Expliquez-nous.

Quand, on parle d'inégalités. On pense aux inégalités de salaires, de revenus. C'est contre-intuitif, mais c'est que ces inégalités de revenus restent contenues en France.  Si vous regardez, les 20 % des Français les plus riches, par rapport au 20 % les plus pauvres. On est dans un rapport de 1 à 4. Rapport qui n'a pas augmenté, et qui même recule depuis 2010.  Pourquoi ? Parce qu'en France, il y a beaucoup de redistribution.  Et depuis 2010, les impôts ont augmenté pour les plus riches. 

Et, - à l'inverse - pour les plus modestes, il reste quoiqu'en en dise, des filets sociaux, des aides.  Ce qui n'est pas le cas à l'étranger.  Si vous regardez, aux Etats-Unis, dans les pays de l'OCDE, les 10 % les plus modestes ont nettement décroché depuis 30 ans, (par rapport au reste de la population).

Mais alors ?  Quelles sont-elles  ces inégalités - que vous qualifiez "d'invisibles" ?

C'est par exemple, l'accès à l'école. Dans ce rapport on peut lire cette phrase terrible : " L'accès aux Grandes écoles s’impose dès la classe de CP". En clair, si vous n'êtes pas dans la bon CP, dans la bonne école. C'est fini. Votre avenir scolaire est barré.  Inégalité également dans l'accès au service public - qui ferme dans les zones rurales - Accès au soin. La Santé, c'est comme l'école. En théorie, on parle de santé gratuite et pour tous. Dans les faits, c'est de moins en moins vrai. Inégalité, également dans l'accès à l'emploi. Selon votre couleur de peau, ou même votre lieu de résidence. On appelle le "délit de code postale". Ce sont toutes ces inégalités qui minent la société et qui nourrissent le ressentiment, la colère. Vous voyez, il n'est pas tant question de revenus, que d'égalités des territoires. Et c'est d'ailleurs ce qu'a bien vu Emmanuel Macron, plutôt que de rajouter une couche d'impôts, pour faire toujours plus de redistribution, il a créé un ministère pour la "Cohésion des territoires". (ministère confié à Richard Ferrand, qui a des soucis par ailleurs)