Le secteur du BTP également rattrapé par "l'ubérisation"

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Quand ils veulent refaire la tuyauterie, l'isolation ou changer une fenêtre, les particuliers passent de plus en plus par des plateformes sur Internet qui vous mettent en relation avec plusieurs artisans et vous proposent donc plusieurs devis.

Le secteur du BTP rattrapé, à son tour, par ce qu'on appelle "l'ubérisation".
Maçons, serruriers ou plombiers, tous ces métiers sont aussi déstabilisés par la révolution numérique.

Alors, que pourtant plombier, on se dit, voilà bien un métier dont on aura toujours besoin.
Ce n'est pas Internet qui viendra réparer ma fuite d'eau ! Hé bien si ! Internet a réussi à s’immiscer entre le client qui a un problème de fuite d'eau et l'artisan, le plombier.

Comment ?

Quand ils veulent refaire la tuyauterie, l'isolation ou changer une fenêtre, les particuliers passent de plus en plus par des plateformes sur Internet qui vous mettent en relation avec plusieurs artisans et vous proposent donc plusieurs devis.
Ces plateformes, s'appellent 123devis, Travaux.com ou easyDevis.

Sauf que ces plateforme prennent une commission ?

Exactement, 2% de Commission en moyenne, ce ne sont pas les clients qui la payent mais les artisans.
En fait, c'est le même problème qu'ont les hôteliers qui doivent payer pour apparaitre sur les plateformes Internet, type Booking ou hotel.com. Des plateformes qui finissent par prendre toute la marge de l’hôtelier.

De la même façon, les artisans se sentent piégés par ces plateformes ?

Le journal Les Échos, qui a réalisé cette enquête, montre en effet que seuls 38% des artisans, se disent satisfaits de ces plateformes.
En fait, ce qui est intéressant, c'est qu'il y a une différence selon l'âge. Les artisans les plus âgés, de plus de 50 ans, sont très mal à l'aise avec ces plateformes numériques.
Alors que les plus jeunes, de moins de 45 ans, arrivent à établir des devis en temps réels sur leur smartphone et donc à gagner des chantiers.

Ce qui montre bien, pour répondre à la toute première question, que oui, maintenant même quand on est plombier ou serrurier, il faut maitriser ces nouvelles technologies du numérique.