Le retour en grâce de l'Union Européenne

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Selon une enquête du Pew Research Center, en moyenne, 63% des Européens jugent favorablement l'Union Européenne. 

On évoque ce matin le retour en Grâce assez spectaculaire de l'Union Européenne, dans le cœur des Européens. Partout sur le Vieux Continent, l'idée "européenne", regagne du terrain y compris en Grande Bretagne !

C'est assez incroyable. Il y a un an, lors du Brexit, on craignait - rappelez-vous - ce qu'on appelait, l'effet Domino. Si un pays décide de sortir de l'Union, ce sera terrible, d'autres vont suivre. Et l'Europe disparaîtra. C'est le contraire qui se passe.  Le Brexit a créé un électrochoc pro-européen. Personne ne veut suivre les Anglais. Aujourd'hui, seuls 18 % des Européens veulent sortir de l'Union. Le Pew Research Center - c'est un institut américain - a réalisé une grande enquête sur le vieux continent. En France, En Allemagne, le sentiment en faveur de l'Europe a bondi de 18 points. En moyenne, 63% des Européens jugent favorablement l'Union Européenne. Le paradoxe, c'est que même les Anglais - sont redevenus "europhiles", avec un taux d'approbation de 54 %.

Pourtant, l'Europe continue d'être largement critiquée, sur la crise des "migrants" par exemple.

Absolument. Vous avez raison, 66 % des Européens critiquent la façon dont Bruxelles gère la crise des Migrants. Et du coup, une très large majorité (74 %) souhaite que cette question soit gérée par leur gouvernement, au niveau national, et non par Bruxelles. Idem d'ailleurs, concernant les traités commerciaux, le libre-échange. On ne fait pas confiance à Bruxelles.  Donc, oui, l'Europe telle qu'elle fonctionne ne donne pas satisfaction. Mais, ce qui est intéressant, c'est qu'on ne rejette pas l'idée européenne. Bien au contraire, elle progresse ! 

 Ça veut dire qu'Emmanuel Macron a raison de vouloir relancer l'Europe sur de nouvelles bases

D'autant que - une chance pour nous Français  - les Européens (ils le disent) veulent une Union, moins dominée par l'Allemagne. De quoi faire revenir la France au cœur du projet européen. Un projet qui - on peut remercier les Anglais - a retrouvé de la vigueur depuis le vote du Brexit.