Europe : Emmanuel Macron veut tout changer, le fond comme la forme

  • A
  • A
Le zoom éco est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Alors qu'il s'apprête à assister à son premier Conseil des Chefs d'État Européens à Bruxelles, Emmanuel Macron veut plus de protectionnisme aux frontières de l'Europe et il souhaite rétablir la domination franco-allemande.

Emmanuel Macron va vivre son premier Conseil des Chefs d'État Européens à Bruxelles.
Le Nouveau Président français veut tout changer en Europe : le fond et la forme !

Sur le fond d'abord, Emmanuel Macron veut plus de protectionnisme aux frontières de l'Europe.
Il veut mettre fin au libre-échange sans contrôle. Avec des Chinois qui peuvent librement racheter nos plus belles entreprises comme Peugeot Citroën, Le Club Med et demain pourquoi pas Accor.
Ce qui est nouveau, c'est que les Allemands se rallient à cette idée. Eux aussi, commencent à s'inquiéter des appétits Chinois qui ont ont racheté par exemple l'an dernier, leur champion mondial des robots industriels.
D'où l'idée, par exemple, d'instaurer une liste de secteurs ou d'entreprises stratégiques à protéger.

Et sur la forme, maintenant, que veut changer Emmanuel Macron ?

Il veut ressusciter le leadership Franco-Allemand. En clair : Paris et Berlin décident et les autres obéissent.
Il le dit très clairement, ce matin, dans une interview au Figaro : "Je souhaite que nous revenions à l'esprit Khol-Mitterrand. Nous (Français et Allemands) ne nous rendons pas à un Conseil européen sans avoir de position commune. Nous ne voulons pas perdre de temps à demander aux autres d’arbitrer nos désaccords".

Comment les "autres" prennent-ils ce qui ressemble à un "diktat franco-allemand ?

Ils réagissent mal. Pas question, disent-ils, de voir l'Europe dirigée en fonction des intérêts français et allemands.
C'est très concret, par exemple sur cette idée justement qu'il faut se protéger des Chinois.
Beaucoup de petit pays, comme la Grèce, ne sont pas d'accord et sont au contraire, très demandeurs de capitaux et d'investisseurs Chinois, quitte à passer sous la domination de Pékin.

Donc, ce sommet est doublement crucial :
"L'Europe va-t-elle vers plus de protectionnisme ?" et "Va-t-on assister au grand retour de l'Axe franco-Allemand ?"