Bruno Lemaire à New York pour "vendre la France"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le zoom éco est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le ministre de l'économie essaye de convaincre les banques américaines de venir s'installer à Paris.

Bruno Lemaire est en déplacement à New-York pour "vendre" la destination "France". Le ministre de l'économie essaye de convaincre les banques américaines de venir s'installer à Paris.

 

Avec le Brexit, les banques américaines mais aussi suisses, ou japonaises sont en train de se relocaliser sur le continent : Paris, Francfort, Dublin, Amsterdam, Luxembourg. Chacun vante ses atouts.

Bruno Lemaire n'y va pas de main-morte. Il promet des baisses d'impôts, (de taxes qui frappent spécifiquement les banques).  Il leur promet également la possibilité de pouvoir licencier plus facilement les traders (qui aujourd'hui peuvent toucher le jackpot intégral aux Prud'hommes). Il promet aussi, plus de classes bilingues, une juridiction spéciale en anglais, pour régler les litiges financiers. Bref, il déroule le tapis rouge et prend l'exact contre-pied de François Hollande en déclarant : "Notre ennemi, ce n'est pas la finance, c'est le chômage"

 

Et ça peut marcher ? Les  banques américaines pourraient choisir de s'installer à Paris ?

 

Pourquoi, pas. Le problème, c'est que pour l'instant, elles choisissent plutôt Francfort - que ce soient les banques américaines - JP Morgan, ou Goldman Sachs - ou japonaises. Francfort présente plusieurs avantages, d'abord, c'est une ville moins saturée que Paris. Ça veut dire des loyers moins élevés. Un aéroport tout proche.

Et puis, surtout, la France est pénalisée par son instabilité fiscale. Certes, aujourd'hui Emmanuel Macron fait les yeux doux. Mais, demain un autre gouvernement pourrait instaurer une "super taxe" sur les profits des banques (c'était au programme de Benoit Hamon), ou renforcer la taxe sur les transactions financières, qui existe déjà en France.

Cette image nous est fatale, c'est c'autant plus regrettable que dans les faits, la France n'est pas un enfer pour la finance. La preuve, nous avons en France, les banques les plus puissantes de la zone Europe - BNP Paribas, - Société Générale, Crédit Agricole, BPCE, loin devant les banques allemandes.