Une partie des chômeurs travaille-t-elle plus de 78 heures par mois ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

François Rebsamen affirme qu'une partie des chômeurs travaille au moins 78 heures par mois, soit au moins à mi-temps.

Géraldine Woessner pour le Vrai faux de l'info

Le vrai-faux de l’Info avec une remarque de François Rebsamen.

L’ancien ministre du travail, interrogé hier sur la nouvelle hausse du nombre de chômeurs au mois d’août, a eu cette remarque agacée.

François Rebsamen : "Ceux qui sont comptabilisés en catégorie C travaillent pour 80% d'entre eux plus de 78 heures par mois. Et on les considère comme des chômeurs ? "

Une partie des chômeurs travaille plus de 78 heures par mois, donc au moins à mi-temps. C’est vrai ou c’est faux ?

C’est vrai et c’est une statistique qui peut interpeller. Plus de 1,23 million de chômeurs, comptabilisés comme tels par pôle emploi, travaillent en réalité, au moins à mi-temps et même à temps plein pour 460.000 d’entre eux. Un chiffre qui est en constante augmentation et qui a explosé depuis 2012 à plus de 43%. Ces chômeurs représentent près d’un tiers de la hausse globale du nombre de chômeurs enregistrée sous le quinquennat de François Hollande. C’est très important et c’est ce qui fait dire à François Rebsamen que les chiffres assénés par l’opposition, 1,2 million de chômeurs de plus, sont à relativiser. On parle d’un demi-million de personnes au moins, précaires, certes, mais en activité.

Mais qui sont-ils ces chômeurs actifs, pourquoi sont-ils inscrits ?

On les connaît mal. François Rebsamen avait d’ailleurs demandé un rapport à l’Inspection générale des Affaires sociales, quand il était ministre, pour comprendre le phénomène. Un rapport attendu ou enterré depuis un an puisqu’il n’est toujours pas terminé mais on sait qu’il s’agit de cas très divers comme l’intérim ou des contrats courts. 87% des embauches se font en CDD mais aussi en contrats longs, voire en CDI. En fait, ils restent inscrits parce qu’ils espèrent trouver mieux, souvent un travail mieux payé.

Sans ces actifs, sans tous ceux qui travaillent, combien de chômeurs aujourd’hui ?

4,6 millions au mois d’août. Un chiffre en hausse de 38.000 sur un an alors que l’augmentation était de 215.000 l’année précédente.