Un récépissé des contrôles d'identité existe-t-il dans plusieurs pays européens ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Stéphane Troussel affirme que le récépissé des contrôles d'identité existe dans plusieurs pays européens.

Le Vrai-Faux de l’Info avec la polémique récurrente des contrôles au faciès. 

Une polémique ravivée par le drame d'Aulnay-sous-bois. Une partie de l'opinion y voit la dérive d'une police qui ciblerait les minorités. Pour le président du conseil général de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, il existe pourtant une solution simple, délivrer un récépissé à chaque contrôle, que le gouvernement a abandonné. 

Stéphane Troussel : "C’est une erreur de ne pas avoir mis en place ce récépissé ou au moins de l'avoir expérimenté. Cela existe dans un certain nombre de pays européens".

Ce récépissé existe dans plusieurs pays européens, c’est vrai ou c’est faux ?

Plusieurs, non. En fait un seul pays a mis ce système en place : l’Angleterre, après de violentes émeutes. Depuis plus de 30 ans la police délivre une fiche à chaque personne qui est arrêtée et fouillée. La date, le motif de l’interaction et surtout l’origine ethnique de la personne contrôlée sont indiqués. D’autres expérimentations ont eu lieu dans quelques villes d’Europe, financées par la Fondation Georges Soros, mais une seule ville en Espagne l’a vraiment adopté.

Mais est-ce que c’est efficace ?

Non. En Espagne, il y a bien eu un effet positif. La police a engagé le dialogue avec la population et a divisé par deux le nombre de ses contrôles, qui sont aussi devenus beaucoup plus efficaces. Même chose en Grande-Bretagne, le pourcentage de contrôles menant à une arrestation a augmenté. Il est de 16,5% contre environ 4% en France, selon une étude conduite dans deux départements. En clair, les policiers sont plus efficaces, ils affinent leur ciblage. Mais cela n’a eu aucun effet sur le profilage racial. Toutes les statistiques le montrent : un noir a toujours 4,5 fois plus de chances de se faire contrôler qu’un blanc à Londres. Et c’est la même chose aux États-Unis, où ces récépissés existent depuis des années. Un chiffre : 4,5 millions de contrôles en huit ans à New York avec des noirs et des hispaniques dans 83% des cas.

Donc il n’y a pas de solution ?

Pour lutter contre le profilage, qui n’est même pas mesuré en France, on ne sait pas de quoi on parle, Non ! La police, dans tous les pays, va dans des zones difficiles où les minorités sont surreprésentées et les statistiques ne bougent pas. Un outil toutefois semble faire ses preuves contre les violences, ce sont les caméras qui se déploient partout notamment à Londres ou aux États-Unis. Une étude récente de l’Université de Cambridge conduite pendant un an, dans sept quartiers anglais et de Californie, a montré que le nombre de plaintes pour violences policières a baissé de 93% depuis que la police est équipée. En fait, ça apaise les tensions de part et d'autre. Ces caméras sont testées depuis 2012 en France dans un tout petit nombre de quartiers. Une loi votée fin décembre devrait permettre, d’ici quelques mois, peut-être, pare que la CNIL a beaucoup de réserves, de les généraliser.