Paris est-elle la troisième ville la mieux gérée au monde ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anne Hidalgo affirme que Paris est la troisième ville la mieux gérée au monde.

Vrai-Faux : Paris est-elle la troisième ville la mieux gérée au monde ?

Ensevelie sous les polémiques, de la piétonisation des voies sur berge au fiasco du velib, la maire de Paris s’accroche à la barre. OUI, son bilan est positif, soutient-elle. La preuve : les grandes institutions lui décernent des médailles.

"Nous sommes la 3e ville mieux gérée au monde d’après un palmarès du World Economic Forum"

Paris est la troisième ville la mieux gérée au monde. Vrai ou Faux ?

C’est faux, mais à la décharge d’Anne Hidalgo, c'est bien le titre qu'a mis en exergue le World Ecomic Forum pour vendre cette étude… Qui ne parle pas du tout de gouvernance : il s’agit d’une compilation d’indices qu'a faite un groupe de conseil en investissement immobilier, le groupe JLL. Les paramètrs retenus sont ceux qui intéressent ses clients :nombre d’incubateurs de start-up, d’aéroports, présence de sièges d’entreprises… Et surtout, quelles sont les potentialités de marchés immobiliers à venir. Or avec le Grand Paris et les JO de 2024, la ville promet d’alléchantes opportunités pour les promoteurs. C’est ce que traduit ce classement. A aucun moment la gestion de la ville n'est seulement  prise compte. D'ailleurs, ça n'est JAMAIS le cas, dans ces classements internationaux très à la mode. Sur les quelque 300 qui existent dans le monde, à peine 3% traitent de la gouvernance, et encore : il s’agit surtout de mesurer l'instabilité politique de pays émergeants, ou l’accueil réservé aux capitaux étranger, sur le plan fiscal. Paris, c'est vrai, se classe de mieux en mieux sous ce rapport : elle se place dans le top 5 des métropoles considérées comme les plus attirantes. Ses réseaux de santé, de recherche, ses infrastructures sont de qualité… Mais cela ne dit pas grand-chose de la vie quotidienne.

Et que disent les classements pour cette vie quotidienne?

C'est moins spectaculaire. En terme de qualité de vie, Paris se classe au 38e rang sur 230 villes étudiées dans l'index Mercer, le plus réputé (les entreprises l'utilisent pour fixer les salaires de leurs expatriés). Ce qui plombe nos performances, c'est le coût de la vie (très élevé), le niveau de pollution (également), un faible taux d’activité par rapport aux autres grandes métropoles (c’est en périphérie que l’emploi se développe.) Et la sécurité reste un réel point noir : Le Safe Cities Index du journal The Economist, qui compare les taux de criminalité dans 60 métropoles internationales, classe Paris au 31eme rang en terme de sécurité personnelle, donc physique : loin derrière Londres, Francfort, ou New York.

Et concernant la façon dont la ville est gérée, il n'y a pas de classement international, en réalité. Uniquement nationaux. New York, par exemple, se classe en bas du tableau des villes les plus mal gérées aux États-Unis, notamment parce que la ville croule sous les dettes. Paris connaît plus ou moins le même sort : si son niveau d’endettement reste raisonnable par rapport aux autres grandes métropoles, sa dette atteindra six milliards d'euros à la fin de l’année. Depuis l’élection d’Anne Hidalgo, elle se sera envolée de 60%. La maire de Paris l'assume, considérant qu’il s’agit de dépenses d'avenir.  Mais ses opposants dénoncent la hausse des impôts indirects, ou l'explosion (également pointée par la Chambre Régionale des Comptes) des dépenses de personnel.