Nos lycéens étudient-ils 15 à 20% de plus que leurs concurrents du classement Pisa ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Alain Juppé affirme que nos lycéens font 15 à 20% d'heures de cours en plus que nos concurrents du classement Pisa.

Le vrai-faux de l’Info avec Alain Juppé qui était notre invité hier pour les lundi de la primaire.

L’ancien Premier ministre, qui voit l’Éducation comme la mère de toutes les réformes, veut mettre le paquet sur l’école maternelle et primaire. C’est au cœur de son programme mais à coût constant, en redéployant les moyens du lycée au motif que :

Alain Juppé : "Aujourd'hui, nos lycéens font de 15 à 20% d'heures de cours de plus que ceux qu'on nous cite en exemple dans Pisa" .

Les lycéens français ont 15 à 20% de cours en plus que ceux qui cartonnent au Pisa, un classement mesure les connaissances acquises par les  jeunes de 15 ans dans le monde, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux, en tous cas si l’on regarde les stars de ce classement. En Chine l’enseignement dépasse 38 heures par semaine, selon l’Unicef, 48 heures à Singapour qui est second au classement et une cinquantaine d’heures en Corée. On est loin des 30 heures que doivent suivre en seconde, les lycéens français. Et encore, ces chiffres ne tiennent pas compte du travail extra-scolaire et des devoirs qui représentent 14 heures en plus chaque semaine pour les enfants de Shanghai. Les taux de suicide sont aussi plus élevés, mais il ne faut pas se mentir, quand on veut à toute force réussir, travailler plus, ça marche.

Mais est-ce que c’est vrai pour tous les pays ? En Europe il y en a qui font mieux, avec moins d’heures de cours ?

Alors, c’est vrai et c’est à ces pays que pense Alain Juppé quand il propose de réduire le nombre d’heures au Lycée. L’Allemagne se classe mieux que la France, 16e quand nous sommes 25e, avec 160 heures de cours en moins sur l’année. Même chose pour la Finlande, qui est douzième au classement. Mais ce que ne dit pas Alain Juppé, c’est que l’on connaît les raisons de ces meilleurs résultats et elles ne sont pas quantitatives. 

Les enseignants sont mieux formés dans ces pays et ils passent plus de temps devant les élèves à la différence d’un agrégé qui n’y passe que 15 heures. En Finlande L’élève est au centre du dispositif. Par exemple, la pause de midi ne dure qu’une demi-heure. Pas question que les enfants se morfondent pendant que les profs déjeunent. Les établissements sont aussi autonomes, responsables du recrutement et du licenciement des enseignants. Or ces problèmes structurels, Alain Juppé ne parle pas de s’y attaquer. Redéployer les ressources sans toucher aux formations et aux emplois du temps, n’aidera certainement pas les lycéens français.