Manuel Valls : "Il existe une réserve de précaution qui atteint 13 milliards en 2016"

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

C'est faux. La réserve prévue est d'un peu plus de 10 milliards.Mais laisser penser qu'on peut puiser dans ce bas de laine, est parfaitement malhonnête.

Le Vrai-Faux de l’info, avec vous, Géraldine Woessner, et les comptes en trompe l’œil du précédent gouvernement.

D'anciens responsables vexés qu’on ose qualifier leur gestion d’insincère. Car l'ex-premier ministre Manuel Valls l'affirme: le trou de 8 milliards dans le budget 2017 dénoncé par la cour des comptes,  serait surévalué.

Une réserve de 13 milliards est prévue dans le budget. C’est vrai ou c’est faux ?

C'est faux. La réserve prévue est d'un peu plus de 10 milliards, elle pourrait augmenter si d'autres crédits sont gelés. Mais laisser penser qu'on peut puiser dans ce bas de laine, est parfaitement malhonnête, car cet argent, Thomas, il est déjà, en grande partie dépensé.

De quoi parle-t-on ? 

Chaque année, quand le parlement vote le budget, une partie des crédits, c’est la loi, est mise de côté pour parer à de nouvelles dépenses éventuelle, chaque programme, dans chaque ministère a le même taux de mise en réserve, fixé à 8% depuis deux ans. En clair, sur un budget de 100, on utilise 92. Mais le problème, c’est que ses dépenses, elles, elles sont toujours de 100. Cela fait des années que des missions sont sous-financées, et que s'est-il passé l'an dernier, 2016, quand la réserve a atteint 14 milliards d'euros : et bien plus de 8 milliards ont été avalés pendant l'année pour payer les factures. 3 milliards ont été annulés, mais pour compenser des dépenses nouvelles, d’urgence: l’accueil des demandeurs d’asile, la crise laitière. Et il restait en fait un peu moins de 3 milliards dans la réserve fin 2016. 3 milliards qui vont servir à payer des factures reportées sur cette année.

Donc sans ces 3 milliards le trou budgétaire ne serait pas de 8, mais de 11 milliards d’euros.

Exactement. Et le scénario sera le même cette année : il suffit de regarder les lignes de dépenses. Les aides au logement, par exemple. On a prévu 15 milliards et demi dans le budget, sur le papier faut mettre plus d'un milliard de côté, les 8%, mais dans les faits cet argent, ben on va la dépenser, puisqu'on verse exactement 15 milliards et demi de prestation. Et c'est la même chose pour des dizaines de lignes budgétaires donc une grande partie de cette réserve, est en fait fictive. Et le fait qu'elle soit élevée, n'est pas forcément bon signe, cela veut dire que les dépenses moins sensibles, comme la culture, serviront de variable d’ajustement, leurs 8% seront captés, réaffectés sans que le parlement, ait son mot à dire.