Les VTC sont-ils les premiers employeurs de jeunes non-qualifiés en Île-de-France ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Benjamin Griveaux affirme que les VTC sont les premiers employeurs de jeunes non-qualifiés en Île-de-France.

Le Vrai faux de l’info avec les emplois créés par l’ubérisation.

De très nombreux, assure Benjamin Griveaux, l’un des porte-paroles d’Emmanuel Macron, qui apporte un soutien sans réserve à ces grandes centrales de taxi low-cost, au motif que :

Benjamin Griveaux : "Les VTC, que ce soit Chauffeur-privé, Le Cab, Uber, bref ces sociétés de transport privé, sont aujourd'hui le premier employeur des jeunes de moins de 25 ans pas qualifiés en IDF".

Les VTC sont les premiers employeurs de jeunes non qualifiés en Île de France, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux, même si ces emplois indépendants, si facile à lancer, ont clairement le vent en poupe. Ils sont loin de représenter l’eldorado de la jeunesse. En 2015, selon l’Insee, 7.617 entreprises de transports par taxi ont été créées dans toutes l’Île de France, dont plus de la moitié sous le régime d’auto-entrepreneur. C’est simple, c’est deux fois plus qu’en 2013. Mais cette même année, plus d’un million de déclarations d’embauche en CDI ont été adressées à l’Ursaff en Île de France, la moitié pour des moins de 30 ans. Les secteurs qui recrutent le plus restent la restauration, le commerce et la construction, y compris et surtout, pour les non diplômés.

Il faut être diplômé pour être chauffeur Uber ?

Pas nécessairement, mais d’après les statistiques dont on dispose et qui sont incomplètes, 27% seulement des chauffeurs VTC, n’auraient aucun diplôme. Le chiffre date de 2014, et c’est vrai depuis, le nombre de créations, notamment dans les zones défavorisées a vraiment explosé. En 2016, selon les greffes des tribunaux, plus de 5.000 (5.012) nouvelles entreprises se sont enregistrées en région parisienne, et cela ne comprend pas le nombre d’auto-entrepreneurs que l’on ne connaît pas encore. C’est sans doute ce que voulait dire Benjamin Griveaux, c’est la première source de création d’entreprise en Seine-Saint-Denis, loin devant la seconde qui est la maçonnerie. Mais sur la viabilité de ces activités, on manque vraiment de recul.

Parce que ça paie mal ?

C’est le moins qu’on puisse dire. 1.200 euros net, en moyenne, pour 70 heures de travail par semaine, sans congé payé ni protection sociale. Ce sont les données transmises au médiateur du gouvernement et c’est une moyenne. Cela veut dire que beaucoup de chauffeurs, s’ils doivent louer leur véhiculent, gagne à peine 700 euros nets par mois. Ils ont demandé via leur syndicat, une audience à Emmanuel Macron, il y a déjà deux semaines. Pour l’instant, sans résultat.