Les Français sont-ils les plus gros consommateurs de médicaments ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Jean-Pierre Raffarin affirme que les Français sont ceux qui consomment le plus de médicaments.

Le vrai-faux de l’Info avec Jean-Pierre Raffarin.

Jean-Pierre Raffarin : "Les Français sont le peuple qui consomme le plus de médicaments".

Nous sommes le peuple qui consomme le plus de médicaments, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est une affirmation que l’on entend très souvent, mais qu’on ne peut pas vérifier puisque tous les pays n’ont pas les mêmes standards. Les Américains, par exemple, dépensent énormément pour leurs médicaments, plus de 1.000 dollars par an et par habitant. Mais est-ce que cela veut dire qu’ils avalent plus de pilules ? Les prix variant beaucoup d’un pays à l’autre et on ne compte pas de la même façon. Bref, on n’en sait rien. En Europe, on compare aussi les dépenses. L’OCDE vient de publier ses dernières statistiques et la France reste dépensière, avec 467 euros par an et par habitant, bien au-dessus de la moyenne européenne, mais l’Allemagne et l’Irlande nous sont passées devant. 

Donc nous ne sommes pas les plus dépensiers. Mais est-ce que l’on consomme plus ?

En Europe, probablement, selon les données que retiennent les comptes nationaux de la santé, qui comparent la France à sept autres pays équivalents. On dépense moins que les Allemands, mais on avale plus de médicaments : 1390 unités par habitant en 2014, c'est plus que que nos voisins, qui, en outre, n’achètent que 19 boîtes chez leur pharmacien chaque année contre 44 pour un Français. 

Cela dit, et contrairement à ce qu’on constatait dans les années 2000, nous ne sommes plus en tête dans toutes les familles. Les Français d’aujourd’hui consomment moins d’antidépresseurs que la moyenne, moins de médicaments contre le cholestérol ou l’hypertension. Ce n’est pas que l’on en achète moins mais, les autres ont vraiment augmenté leur consommation. On reste toujours en revanche, de gros consommateurs d’antibiotiques, au risque que des résistances se développent. Seuls les Grecs et les Roumains en avalent plus que nous. Pour résumer, les politiques de modération et de déremboursements ont bien eu des effets, mais il reste des problèmes. L’Agence nationale de Sécurité du Médicament évalue par exemple le coût de la surconsommation d’antibiotiques à 500 millions d’euros.