Le programme d'Emmanuel Macron est-il une poursuite de la dérive budgétaire ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Jean-Christophe Lagarde affirme que le programme d’Emmanuel Macron, c’est en fait la poursuite de la dérive budgétaire.

Le Vrai-Faux de l’info avec les bons comptes de Jean-Christophe Lagarde. 

Le président de l’UDI, agacé par le succès d’Emmanuel Macron dans les sondages, recadre le cadrage budgétaire du candidat d’En Marche

Jean-Christophe Lagarde : "Macron parle de 60 milliards d'euros d'économies. C'est pas 60 milliards d'économies, c'est 60 milliards de moins de dérive des dépenses que ce que l'on ferait naturellement. C’est en réalité une dérive budgétaire qui continue".

Le programme d’Emmanuel Macron, c’est en fait la poursuite de la dérive budgétaire, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est vrai, mais ce n’est pas l’apanage d’Emmanuel Macron puisque tous les candidats recourent au même artifice quand ils parlent d’économies. En fait, pour ceux qui nous écoutent, économiser c’est dépenser moins. Comme un budget courses de 1.000 euros qui est réduit à 800, c’est une économie de 200 euros. Mais les candidats ne font pas ça du tout, ils calculent par rapport à l’évolution tendancielle des dépenses. L’an prochain, on va manger plus, les enfants grandissent, les courses devraient coûter 1100 euros. Si je dépense 1050, ça fera des économies. C’est exactement cela que propose Emmanuel Macron, car la dépense publique non plus n’est pas figée. Elle augmente avec l’inflation, le vieillissement et les retraites supplémentaires à payer. Bref, cette évolution tendancielle, la direction du Trésor l’évalue à une vingtaine de milliards par an pour les cinq prochaines années, si on ne réforme rien. Donc concrètement, la dépense publique, aujourd’hui, c’est 1.260 milliards d’euros et elle gonflerait à 1.350 milliards en 2022. C’est de cette somme qu’il faut retrancher les économies d’Emmanuel Macron. Donc oui, la dépense publique, sous son quinquennat, continuerait d’augmenter. 

De combien, d’une trentaine de milliards ?

Là, c’est presque impossible à évaluer puisque toutes ses mesures ne sont pas financées et que la listes des dépenses est longues. Pour vous donner une idée, quand il était à Bercy, il a lancé avec Michel Sapin, le plan d’économie de François Hollande, 50 milliards promis sur trois ans qui a presque été réalisé. La dépense a freiné de 40 milliards, en théorie, mais en réalité, les dépenses ont quand même augmenté de 53 milliards entre 2014 et 2017, selon les projections de la dernière loi de finances. À sa décharge, tous les candidats utilisent la même pirouette et François Fillon aussi, avec ses 100 milliards annoncés d’économies. Il n’inversera pas non plus la courbe de la dépense publique.