L’ascenseur social est-il bloqué en France plus qu'aux États-Unis ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Benoist Apparu affirme qu'en France l’ascenseur social est bloqué alors qu'aux États-Unis, n’importe qui peut accéder à ces élites.

Le Vrai faux de l’info avec le rêve américain de Benoist Apparu.

Le porte-parole de François Fillon agacé, comme tant d'autres, par la popularité d'Emmanuel Macron, tire à boulets rouges sur le banquier, de bonne famille. L'Incarnation selon lui du pire mal de la société.

Benoist Apparu : "Le problème de la France c'est qu'elle ne sait pas créer de nouvelles élites. Elle reproduit les élites liées à la naissance. Ce qui a de formidable dans certains pays comme aux USA c'est que n'importe qui peut effectivement monter et arriver dans ces élites".

N’importe qui, aux États-Unis, peut s’élever au sommet, c’est ce qu’affirme Benoîst Apparu, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux et nous allons devoir déconstruire un mythe. L’idée que tout le monde peut réussir aux États-Unis fait partie de l’ADN du pays mais elle ne correspond plus du tout à la réalité, au contraire. Plusieurs études majeures l’ont montré depuis 10 ans : la reproduction des élites tourne à plein. 4% seulement des enfants d’origine modeste, aux États-Unis, parviennent à se hisser au sommet de l’échelle, c’est trois fois moins qu’au Canada et quatre fois moins qu’au Danemark. Et près d’un enfant pauvre sur 2, 43%, ne sortira jamais de sa condition. Un déterminisme qui est encore plus criant chez les Noirs, la mobilité sociale pour eux est presque inexistante. Alors bien sûr, les fortunes sorties de rien existent toujours, mais elles sont de plus en plus rares. La part des héritiers parmi les grandes fortunes progresse, de manière constante.

Et en France ?

Les comparaisons sont difficiles car on ne mesure pas la mobilité chez nous, en terme de revenus, mais de classe sociale. Que deviennent les enfants d’ouvriers, d’agriculteurs ? En regardant l’échelle des revenus de ces professions, l’OCDE considère quand même que les chances de grimper dans la société en France sont un peu plus élevées qu’aux États-Unis ou qu’en Grande-Bretagne. Mais Les causes des blocages, sont différentes. La reproduction outre-Atlantique, découle essentiellement de la répartition des richesses. Les pauvres sont trop pauvres, pour s’en sortir. Toutes les universités sont payantes et les frais d’inscription ont flambé de 500% depuis 1985. 20% seulement des classes populaires ont une chance d’accéder aux études supérieures et les universités les plus prestigieuses accueillent moins de 6% de jeunes d’origine modeste.

En France, ce taux oscille autour de 10%, c’est le nombre de boursiers dans les plus grandes écoles. Et si l’ascenseur social est grippé, c’est surtout un problème de culture ou de méthode. L’école ne réduit pas les handicaps sociaux, la récente étude pisa l’a encore montré, elle a plutôt tendance à les accentuer.