L’Allemagne est-elle beaucoup plus robotisée que la France ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Gérard Collomb affirme que l'Allemagne est beaucoup plus robotisée que la France avec 160.000 machine contre seulement 40.000.

Le Vrai Faux de l’info avec l’avenir de l’homme face aux robots.

Avec ce cri du coeur de Gérard Collomb hier, sur notre antenne. Le soutien d’Emmanuel Macron ne comprend pas cet acharnement de Benoît Hamon, le candidat socialiste, a vouloir taxer les robots pour financer son revenu universel car selon lui :

Gérard Collomb : "Taxer les robots ! En France nous en avons 40.000, en Allemagne, nous en avons 160000. Si déjà ce qui est un de nos points faibles, on le rend encore plus faible, les pertes d’emplois en France vont être terribles et demain nous serons un pays en ruine".

L’Allemagne est beaucoup plus robotisée que la France, 160 000 machines contre 40 000 chez nous, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est vrai en tendance, mais les chiffres de Gérard Collomb datent un peu. Selon la Fédération internationale de la robotique, il y avait bien 40.000 robots en activité en France en 2015 mais l’Allemagne a dépassé les 200.000. Un indicateur pour comprendre, c’est celui du nombre de machines pour 10.000 emplois occupés : 127 en France contre 301 en Allemagne. Et l’écart va encore se creuser, plus de 20.000 robots ont été achetés par les industriels outre-Rhin en 2016, contre un peut plus de 3.000 en France. Le retard français est une réalité.

Cela dit on peut le relativiser, les États-Unis ont une position intermédiaire, 176 robots pour 10.000 travailleurs. Et l’Allemagne est en pénurie de main d’œuvre, sa population vieillit et elle sait qu’elle va devoir compenser en produisant autant à coût compétitifs. Et c’est là que les robots sont intéressants d’autant plus qu’il faut savoir que quand on parle robots, pour l’instant, il ne s’agit que de quelques secteurs : la métallurgie, l’électronique, et surtout l’automobile. L’immense majorité des robots fabriquent des voitures, il y a 12 fois plus de machines dans ce secteur en France, que dans tous les autres réunis.

Est-ce que la compétitivité de la France, comme le dit Gérard Collomb, est en péril ?

Là, vous avez deux écoles. Ceux qui redoutent des destructions d’emplois massives liées à la robotisation, comme Benoît Hamon. Et ceux qui pensent au contraire, que la robotisation va créer des emplois. Toutes les études se contredisent. 10% à 20% des emplois seraient menacés en France, mais personne n’est capable de prédire combien d'autres, que l'on ne connaît pas encore, viendront les compenser. Ce qui est sûr, c’est que maintenant, à l’instant T, se joue une bataille de compétitivité. Produire autant, à des coûts moindres, c’est aussi un défi de l’avenir alors que les salaires augmentent dans des pays où l’on a délocalisé. Les industriels de la robotique avancent souvent cet argument. Aux États-Unis, depuis la crise de 2009, 80.000 robots ont été installés dans l’industrie automobile et 230.000 emplois ont été créés dans le même temps. Parce que l’on a gagné des parts de marché et que la qualité s’est accrue. Est-ce que ce sera vrai dans l’ensemble des secteurs ? C’est un pari à prendre et aujourd’hui, personne le sait.