La France est-elle la championne d'Europe de la dépense publique ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy affirme que la France est la championne d'Europe de la dépense publique.

Lors de sa première intervention télévisée hier soir, le candidat Nicolas Sarkozy a promis des "mesures difficiles" parce que la France va mal. Chômage, déficit, aucun pays ne ferait moins bien en Europe, il a beaucoup usé des comparatifs. Peut-être un peu trop : "Nous sommes aussi les champions d’Europe de la dépense publique".

Champions des impôts, on le savait, mais de la dépense publique, c’est vrai ou c’est faux ?

c’est faux car la Finlande est devant nous. Elle flambe 58,3% de son PIB en dépenses publiques, la France n’est que deuxième sur le podium à 56,8%. C'est effectivement très au-dessus de la moyenne européenne mais on a perdu cette première place en 2008. C'est peut-être l'excuse de Nicolas Sarkozy quand il est arrivé au pouvoir, c'est vrai, la France était bien championne, et depuis deux ans déjà sous de Jacques Chirac. L’Islande puis le Danemark lui ont volé la médaille, elle ne l'a plus retrouvée depuis que François Hollande a été élu.

Alors vous me direz : c’est un peu malhonnête de pointer le palmarès de la droite parce que l’ancien président lui a connu la crise, et depuis 2012 le niveau des dépenses a atteint des sommets. La France a des marges d'économie à faire, tous les rapports le disent.

Et pour l’instant elle ne les fait pas ?

Non et la cour des comptes s'en est affolée cet été. Les cadeaux faits par François hollande en cette année pré-électorale vont faire déraper les dépenses et pourraient propulser la France à nouveau sur la première marche. Avec six milliards de dépenses au moins annoncées, de l'augmentation des fonctionnaires à la formation des chômeurs.

D’où la colère de Nicolas Sarkozy qui promet de tailler dans le gras en alignant par exemple les retraites du privé et des fonctionnaires. On verra comment il s’y prend. Sa réforme des régimes spéciaux en 2007 lui avait coûté si cher en cadeaux pour la faire passer qu’au final, et c’est encore la cour des comptes qui le dit, elle n’a quasiment pas permis d’économie.

Cette fois Nicolas Sarkozy tiendra ses promesses, c’est encore lui qui le dit : "On m'a fait beaucoup de reproches dans ma vie politique, pas de mentir"

C'est une citation collector du lauréat 2015 du Prix du Menteur en Politique, il reçoit cette consécration avec les honneurs pour une série de 17 gros bobards, proférés pendant sa campagne pour la présidence de l’UMP.