La France est-elle à la 21e place sur 28 en terme de chômage ?

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Bruno Retailleau affirme que sur le plan du chômage, la France est à la 21e place sur 28.

Géraldine Woessner pour le Vrai faux de l'info

Le Vrai faux de l’info avec l’un des lieutenants du vainqueur du premier tour de la primaire.

Bruno Retailleau, fidèle soutien de François Fillon, affirme avoir entendu, dans le vote de dimanche, l’angoisse des français. Contrairement à ce qu’affirme le gouvernement assure-t-il, qui a vu l’inversion de la courbe du chômage. La France est mal en point. 

Bruno Retailleau : "La France aujourd'hui va mal. Sur le plan du chômage, nous sommes à la 21ème place sur 28".

La France est à la 21e place sur 28 en terme de chômage, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est vrai et même pire. La 21e place c’était au mois de juin, depuis la France a glissé à la 22e place, avec un taux de chômage de 10,2% en septembre, selon les données que publie Eurostat. Depuis, il y a eu une légère amélioration, puis une rechute. Au troisième trimestre, le taux atteint en moyenne 10% au sens du BIT, le bureau international du travail. 

Alors bien sûr, quelques pays vont plus mal comme l’Italie avec 11,7%, l’Espagne à 19,3% ou encore la Grèce évidemment, mais la situation de la France n’a jamais été pire depuis 20 ans. Et les entrées massives en contrats aidés ou en formation pour tenter de redresser la barre n’y changent pas grand-chose. Il y a aujourd’hui 200.000 chômeurs de plus en catégorie A, que lorsque Francois Hollande a pris le pouvoir, 1,3 million si l’on prend en compte toutes les catégories. Sans compter ce million et demi de personnes dans le halo autour du chômage, vous savez qui ne cherchent pas activement mais qui veulent travailler. Bref, c’est vrai, la France n’a pas la pêche, comme dit Alain Juppé. 

Mais est-ce que les autres font mieux, réellement ? 

Mieux, c’est une question de perspective, mais la particularité quand on regarde les courbes que publie Eurostat, pour tous les pays d’Europe, c’est la tendance. Elle est à la baisse du chômage, quasiment partout, sauf en France où il a continué d’augmenter depuis le pic de 2013. C’est simple, depuis cette date de septembre 2013, le chômage a baissé de plus de sept points en Espagne, 5,5 en Irlande, moins 2,7 points en Grande-Bretagne alors que la France, elle, n’a toujours pas retrouvé son niveau de mai 2012. Et surtout, cela ne s’améliore pas car elle ne crée pas d’emplois ou très peu.  38.000 emplois créés seulement depuis mai 2012, si on fait le solde des nouveaux jobs et de ceux qu’on a détruits. Dans la même période nos voisins en ont créé beaucoup plus avec notamment 2,2 millions pour la seule Angleterre. Il faut dire qu’eux ont réformé leur marché du travail mais aussi multiplié les emplois précaires. En Grande-Bretagne, les contrats zéro heure se sont beaucoup développé, des emplois sans horaires, ni salaire minimum. La France a fait un choix différent, celui de la protection et du filet social. Est-ce qu’elle s’en porte mieux ? À chacun de choisir.