Innovation, recherche et loi Travail : le Vrai-faux du débat de la primaire

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Géraldine Woessner a décortiqué le débat de la primaire diffusé hier soir sur TF1 et notamment deux affirmations concernant la loi Travail, l'innovation et la recherche.

Le Vrai-Faux de l’Info avec quelques affirmations entendues cette nuit, au débat de la primaire socialiste.

Un débat qui a révélé de vraies lignes de fractures entre les candidats, entre ceux qui assument le bilan du gouvernement comme Manuel Valls et ceux qui l’étrillent. Benoït Hamon promet d’abroger la loi El Khomri, la loi Travail qui selon lui, est destructrice d’emplois.

Benoît Hamon : "J’ai une pensée pour les salariés de la Voix du nord. La loi El Kohmri le permet, 178 personnes vont peut-être être licenciées en raison de ce plan social".

La loi Travail serait directement responsable du plan social en préparation à la Voix du Nord, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est plutôt faux car la loi El Khomri, dans ce cas précis, n’a pas changé grand-chose. Que dit-elle cette loi ? Qu’un plan de sauvegarde de l’emploi peut être déclenché, même si l’entreprise fait des bénéfices, pour sauvegarder sa compétitivité. C’était déjà inscrit dans la jurisprudence, avec l’arrêt de Thomson en 95 ou l’arrêt de La Poste en 2001. La loi réécrit simplement les règles existantes. En revanche, elle clarifie la notion de difficultés économiques que l’entreprise doit rencontrer et qui étaient laissées autrefois à l’appréciation du juge. Elle fixe des seuils de perte de chiffre d’affaire ou de baisse des ventes. Or celles de la Voix du Nord fondent, ses abonnés ont 70 ans en moyenne, le titre veut se tourner vers le numérique. On peut penser qu’un juge aurait validé ce plan.

Un plan des 178 départs volontaires ?

Pour l’instant.

 

Le Numérique, l’innovation en général, sont aussi au coeur du programme de Vincent Peillon qui veut propulser la France dans l’avenir, et qui s’indigne :

Vincent Peillon : "On a un point de moins, 30% de moins dans la recherche et l’innovation que ceux qui nous entourent".

On investit 30% de moins que nos voisins dans la recherche et l’innovation, vraiment ?

Ben non. C’est même plutôt l’inverse ! On a dépensé, en 2014, nous dit l’OCDE, plus de 54 milliards en recherche et développement soit 2,2% de notre richesse nationale. En Europe c’est simple, seule l’allemagne fait mieux que nous. Et certains pays d’Europe du Nord, le Danemark, par exemple, mais l’Espagne, l’Italie, dépensent moitié moins que nous, la Grande-Bretagne 25% de moins. Tout n,est pas rose, on est juste dans la moyenne dans certains secteur, mais notre recherche publique justement est particulièrement robuste, la sixième en valeur dans le monde. Et elle est efficace puisque notre pays est leader en Europe, de l’innovation.

 

C’est à se demander parfois s’ils écrivent leur programme. Pour Jean-Luc Bennhamias, on a la réponse, non ?

Avec cette séquence un peu sur-réaliste. Interroger sur le corps de vigilles privés que le candidat veut créer pour protéger les centres commerciaux, les supermarchés, il est tombé des nues.

Jean-Luc Bennhamias : "J’apprends que je veux constituer un corps de vigiles privés sur votre site".

La mesure figure bien pourtant en toutes lettre sur son site internet, jeanlucbennhamias2017. Il lui reste peut de temps pour le découvrir avant le 1er tour.