De combien de créations d'emploi a-t-on besoin par an pour faire baisser le chômage ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Stéphane Le Foll affirme qu'on a besoin de créer plus de 200.000 emplois par an pour que le chômage baisse.

Le Vrai Faux de l’Info avec la fée Conjoncture qui se penche sur l’Élysée.

Le rayon de soleil est un peu passé inaperçu tant François Hollande charriait de nuages au-dessus de lui. L’embellie pourtant a précédé le nouveau président, le marché de l’emploi se redresse depuis plusieurs mois, 200.000 emplois ont été créés sur un an. On n’avait plus vu ça depuis 2007. Le chômage, Stéphane Le Foll s’en réjouit, peut enfin durablement baisser.

Stéphane Le Foll : "Avec la démographie, et c’est un atout pour la France, on a besoin de créer plus de 200.000 emplois par an pour pouvoir faire baisser le chômage".

On a besoin de créer plus de 200.000 emplois par an pour que le chômage baisse, c’est vrai ou c’est faux ?

C’était vrai, jusqu’à cette année mais c’est en train de changer. Le taux de chômage dépend de la population active. 800.000 personnes arrivent en moyenne chaque année sur le marché de l’emploi, le taux de natalité étant globalement stable, ce chiffre-là ne devrait pas changer. Ces quatre dernières années, 650.000 personnes sont parties en retraite chaque année, ce qui donne un solde de 150.000 nouveaux actifs sur le marché du travail. Il fallait donc créer 150.000 emplois pour le stabiliser, plus, autour de 200.000 pour faire baisser le chômage. Et c’est exactement ce qu’on a vu l’an dernier : 140.000 nouveaux actifs et près de 200.000 emplois créés. Pour la première fois en neuf ans, le chômage sur un an a baissé. Mais ça, c’était avant.
La semaine dernière, l’Insee a publié de nouvelles projections. Le nombre d’actifs va augmenter nettement moins vite dans les années qui viennent à cause du vieillissement de la population, des départs en retraite toujours soutenus. En 2017 il n’y aura que 80.000 nouveaux actifs, et ça va décroître 39.000 seulement, en 2022. Ça veut dire quoi ? Il faudra créer moins d’emploi pour voir baisser le chômage.

Combien ?

150.000 l’an prochain, puis 100.000. L’OFCE a fait ses calculs : à politique constante, avec un taux de croissance d’1,4% par an, le taux de chômage tomberait à 8% en 2022. Le nouveau président a promis 7% et c’est là qu’entrent en compte les choix politiques. Le CICE, les baisses de charges, ont compensé ces derniers mois, la faible croissance, les entreprises commencent à restaurer leurs marges. Emmanuel Macron veut aller plus loin pour qu’elles relancent l’investissement et retrouvent des parts de marché. Il veut aussi soutenir la formation et assouplir le droit du travail, ce qu’ont fait d’autres pays européens, qui créent, c’est vrai, davantage d’emplois mais pas des emplois de la même qualité.